Justice : Sympho Vision et la Cour d’Appel de Lomé éditent un recueil des réquisitions des assises

0
464

Un nouveau recueil vient de faire son entrée dans la panoplie de documents destinés au droit au Togo. Il s’agit d’un recueil de réquisitions qui est réceptionné, ce jeudi 12 mars 2019, par le procureur général près la Cour d’appel de Lomé, Garba Gnambi des mains de Yves Galley, directeur de l’Agence Sympho Vision, éditeur du recueil. Ce document de 242 pages qui est commandé suite aux assises de la Cour d’appel de Lomé de mars 2018, est une compilation de 55 réquisitions qui couvrent les infractions qualifiées de crime, notamment, le viol, la pédophilie, l’assassinat, la drogue et autres graves infractions.

Pour Garba Gnambi, Procureur général près de la Cour d’appel de Lomé, ce document vient à point nommé rendre un grand service à ceux qui ne sont pas présent lors d’un jugement, ceux qui rentrent dans le corps et qui veulent embrasser la magistrature par le parquet et les magistrats qui sont déjà au niveau du parquet en matière de juridiction.

« C’est une façon de faire la mémoire de l’institution. D’abord, pour ceux qui ne sont pas présents le jour du jugement. Ensuite, ceux qui rentrent dans le corps et qui veulent embrasser la magistrature par le parquet, peuvent savoir la morphologie des réquisitions qu’il faut avoir en matière d’assise. Enfin, cela permettra aux magistrats qui sont déjà au niveau du parquet d’avoir un regard critique, ce qui nous permettrait d’améliorer le travail ou de l’aborder autrement », a-t-il souligné.

M. Yves Galley, éditeur du recueil, voit pour sa part, ce document comme un outil de vulgarisation du droit, aussi bien pour les professionnels du droit que pour les non-juristes, et un choix de la justice togolaise à mettre plus de transparence dans les procès. « Ce recueil nous renvoie une image de la société dans laquelle nous vivons et les différentes crises qui la traversent. Il doit être considéré comme un outil de vulgarisation du droit. Pour les professionnels de la justice, c’est un outil de travail sérieux et fiable et pour les non-juristes un outil d’information et de rappel des valeurs et vertus à cultiver pour éviter les affres de la répression judiciaire », a-t-il souligné.

Et de poursuivre : « Avec la publication d’une telle revue, la justice se dévoile, et confirme le choix de la transparence. Pour les professionnels de la justice, c’est un outil de travail sérieux et fiable et pour les non-juristes un outil d’information et de rappel des valeurs et vertus à cultiver pour éviter les affres de la répression judiciaire », a-t-il souligné. Ceux qui ont eu à éprouver des difficultés à se procurer une décision de justice le comprennent davantage. Aujourd’hui, on peut le dire, la justice choisit elle-même d’amener les décisions de justice vers les justiciables.

Il regrette, cependant le nombre d’exemplaires commandé par la justice togolaise qu’il juge peu. « Je regrette juste, en tant qu’éditeur, le nombre très réduit du tirage, juste une centaine », a-t-il conclu.

J.D

Source : Kpatimanews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

3 + = 8