Kadanga et sa CENI ont les yeux braqués sur le 20 décembre

image_pdfimage_print


Vingt-quatre (24) heures après avoir sorti un communiqué pour annoncer qu’elle a repris service, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) semble s’engager dans ses activités habituelles de préparation des élections. N’en déplaise aux détracteurs et aux partis politiques qui ne veulent pas occuper leurs sièges au sein de l’institution organisatrice des élections au Togo.

En témoigne le courrier adressé aux présidents des partis politiques par le président de l’institution, Kodjona Kadanga, leur enjoignant de faire diligence dans la transmission de la liste actualisée de leurs représentants au sein des Commissions électorales locales indépendantes (CELI) qui sont ses démembrements.

« Conformément à la feuille de route de la CEDEAO, notamment l’exhortation à procéder à la révision intégrale du fichier électoral en vue de l’organisation des élections législatives le 20 décembre, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir transmettre à la CENI, la liste actualisée de vos représentants dans les CELI, en format électronique et sur papier », indique le courrier.

La CENI ne fait pas les choses dans la dentelle. Pour montrer son sérieux, un délai au-delà duquel les partis politiques ne seront plus recevables est fixé. C’est le lundi 13 août prochain.

Au journal de 20 heures sur la télévision nationale (TVT) ce jeudi, un communiqué de la commission a également été lu. Le président de la CENI dit avoir procédé au remplacement du président de la commission électorale locale indépendante (CELI) de Doufelgou par le président du Tribunal de première instance de 3ème classe de Niamtougou.

Doit-on encore rappeler que la CENI, dans sa composition actuelle, travaille sans les représentants des partis politiques parlementaires membres de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition ? Aussi, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), lors de son sommet du 31 juillet dernier, a pondu une recommandation visant le renforcement de l’institution organisatrice des élections au Togo.

Cela n’a pas encore été fait mais la CENI dit poursuivre ses travaux. En réaction au premier communiqué de la CENI, annonçant l’installation de ses démembrements et la préparation du recensement des électeurs pour disposer d’un nouveau fichier, un représentant de la coalition des 14 a réagi. Pour Jean Kissi, il s’agit d’une provocation.

La réaction officielle de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition est vivement attendue.
&nbsp
Global actu
&nbsp

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*