Komla Kpogli : «Faure Gnassingbé est un robot, un exécuteur sans sentiment et sans émotion»

0
7042

Un Entretien à lire absolument pour découvrir la clé pour enfin déboulonner la plus vieille dictature en Afrique. Tout azimut, l’analyste Komla Kpogli égrène les insufisances qui clouent encore la lutte au Togo. Il brosse sur la nature du régime en place, fait des propositions et pense définitivement que, la seule voie qui reste est la mobilisation populaire pour venir à bout du pouvoir au Togo vieux de 53 ans. « Encore une fois, le MOLTRA dit que la solution est la construction d’un Tsunami populaire et non l’illusion électoraliste » martèle t-il. Lecture !

Lynxtogo.info : Bonjour Mr Komla Kpogli. Quel regard portez-vous quinze ans après, le « lui c’est lui et moi c’est moi» censé être la rupture entre Faure Gnassingbé et son père décédé en 2005.

Komla Kpogli : Faure Gnassingbé a assuré parfaitement la continuité et surtout amélioré le régime de son père. Les outils de la répression et de la corruption sont perfectionnés.

Pour le ministre et porte-parole du pouvoir Christian Trimua, Faure Gnassingbé a accédé au pouvoir au Togo, en 2005, il a hérité d’un pays socialement délabré, économiquement exsangue et politiquement divisé….

Qui a laissé le pays dans cet état ? Trimua, nouvelle version des Amégbo, Panou et Laclé, fait donc le bilan du père de Faure Gnassingbé. C’est exactement cette situation qui continue et qui est approfondie aujourd’hui. Le Togo est un territoire profondément malade socialement, spirituellement, moralement, économiquement, politiquement et intellectuellement. Tout y est délabré, à commencer par l’humain. Ce pays s’est progressivement asséché sous le père et cela s’est accéléré sous le fils Gnassingbé qui est un monstre froid. Faure Gnassingbé est un robot, un exécuteur sans sentiment et sans émotion. Le pays n’a aucun avenir sous cet homme et sa bande d’adorateurs fieffés. A part agrandir les cimetières et verser plus de larmes, les togolais ne verront rien sous ce régime qui est congénitalement criminel.

Il y a une constante des médias français voire même allemands chaque cinq an. L’opposition togolaise perd aux élections parce qu’elle part en rang dispersée. C’est aussi votre avis ?

Enorme fumisterie ! Le régime RPT vit et survit grâce à deux instruments manifestes : d’une part la violence et ses déclinaisons, et d’autre part la corruption et ses variantes. Certains esprits qui se croient malins veulent cacher cette réalité visible à l’œil nu sous le faux argument d’une dispersion de l’opposition institutionnelle qui, de toutes les manières, n’a pas la solution adaptée à ce régime. Car, un régime tyrannique héréditaire de type colonial ne peut être combattu victorieusement par des outils de la démocratie formelle que sont l’élection, le dialogue, l’appel aux réformes, la médiation, la facilitation, les marches de protestation et des pétitions.

La question n’est donc pas la dispersion des opposants institutionnels, mais la fausseté de la solution. Celle-ci est radicalement populaire par la voie révolutionnaire ou insurrectionnelle. Seule un noyau puissant de patriotes décidés à écrire une nouvelle page de l’histoire de cet enclos colonial sur la base de nos valeurs ancestrales redécouvertes et mises à jour à l’aune du parcours historique du peuple noir conduira cette lutte de libération et de reconstruction. Pas les partis politiques institutionnels et contrôlés qui trimbalent et épuisent les populations de fausses pistes à fausses pistes.

«Proclamation bureau de vote par bureau de vote refusée, fichier électoral corrompu…». L’opposition au Togo est allée encore aux élections avec toutes ces insuffisances. Comment l’expliquez-vous ?

Une opposition institutionnelle et donc contrôlée ne peut faire autre chose que ce qu’elle fait depuis 1990. Son rôle est celui d’une force d’interposition entre les masses populaires qui sont l’unique arme face à la tyrannie coloniale et ses animateurs. C’est l’art de définir de fausses solutions face à un vrai problème. La voie électorale totalement contrôlée et verrouillée par la machine à fraude appuyée par un appareil répressif très bien rodé depuis 58 ans ne peut libérer un peuple. Ce n’est donc pas une question d’insuffisances, mais de système à qui il faut opposer le moyen adapté après l’avoir analysé méthodiquement. Encore une fois, le MOLTRA dit que la solution est la construction d’un Tsunami populaire et non l’illusion électoraliste. On peut, si l’on veut, répéter à l’infini cet exercice électoraliste, il ne sera qu’une illusion. Le RPT n’est pas fondé sur le consentement populaire et il n’en a pas besoin pour continuer son chemin.

Le président du parti ADDI, Aimé Gogué dit dans une interview au confrère Liberté Hebdo : «Il ne faut pas prendre la prestation de 03 mai 2020 comme une réalité ?». Avec le vote, les Togolais parviendront-ils à l’alternance ?

Jamais ! C’est que nous ne cessons de dire depuis des années et des années dans l’indifférence et dans la haine de certains soi-disant combattants. L’élection n’a jamais vaincu un régime colonial. Cela n’a jamais existé nulle part, à aucune époque et cela n’existera pas dans l’histoire. Donc, les togolais perdent leur énergie en s’accrochant à cette fausse solution électoraliste face à un régime dont les fondements n’ont aucun rapport avec le choix populaire. Ce régime est né dans le sang de Sylvanus Olympio, il vit et vivra du sang des togolais qu’il terrorise. La seule voie que l’histoire indique aux peuples confrontés à ce type de régime c’est la mobilisation populaire, l’organisation populaire, la structuration populaire en vue d’une insurrection populaire sous la forme d’un Tsunami populaire qui balaie tout sur son passage. Pour parvenir à cela, il y a deux conditions majeures :

1) redéfinir le régime en face de nous en lui enlevant tout attribut d’interlocuteur ou de partenaire avec qui il est possible de « construire la démocratie » ; et

2) sortir les masses populaires des griffes de fausses solutions institutionnelles en leur rappelant jour et nuit que ce sont elles qui ont la solution entre leurs mains et non les appareils politico-affairistes abusivement appelés partis politiques et organisations de la société civile.  Par conséquent, les masses populaires doivent définitivement sortir des guéguerres nuisibles et des querelles sans tête ni queue entre membres de partis politiques ou de chapelles associatives se déchirant pour un gros zéro. Il faut faire du patriotisme le seul et unique référentiel de nos réflexions et actions. Désormais, tout doit tourner autour du patriotisme et non autour des étiquettes partisanes de l’ANC, PNP, CAR, MPDD, ADDI, PSR et compagnies. Tout ça c’est piler l’eau. On transpire pour rien, et plus les togolais vont se faire des guerres au nom de ces partis politiques, plus le RPT sera content et va même financer ces conflits interpartis. Devons et soyons des Patriotes et la Lumière jaillira. La peur et l’indifférence mises de côté, nous bâtirons très facilement un mouvement populaire de libération au Togo dès que le patriotisme sera élevé à la place du partisme, ce culte infécond qu’on voue aux partis politiques et à leurs chefs depuis 1990.

Monsieur Komla Kpogli, les milieux contestataires dans tous les pays du monde partent des Universités ou parfois des casernes militaires pour rejaillir dans la société. Comment expliquez-vous l’impuissance de ces milieux au Togo ?

Les grands changements historiques partent toujours d’un foyer. Celui-ci peut être à l’extérieur comme à l’intérieur. Rien ne dit que cela doit venir de l’armée ou des universités. Le Tsunami populaire au Togo peut partir de n’importe où. A notre avis, l’université et l’armée sont des institutions très contrôlées. Il ne faut donc rien attendre d’elles. La libération du pays se trouve entre les mains des paysans, des zémidjans, des chauffeurs de taxi, des commerçants, des gens qui souffrent durement, des gens qui n’ont aucune perspective d’avenir et des débrouillards de toutes sortes. L’ensemble de ces couches populaires peut être appuyé par des patriotes dans les universités et dans l’armée. Aussi, les togolaises et togolais vivant à l’étranger appelés La Diaspora doivent-ils absolument mesurer la gravité de la situation intérieure pour assumer leurs responsabilités de manière organisée et disciplinée. Quand la situation au pays est bloquée comme c’est le cas actuellement, le rôle des patriotes exilés est encore plus grand. Voilà pourquoi, nous ne cessons d’interpeller les filles et fils du Togo qui, de loin,  souffrent de voir le pays dans cet état de délabrement total. De l’étranger, des patriotes togolais doivent se lever et construire, dans la discipline, l’outil approprié. Dans ce sens, nous avons lancé une caravane de la révolution populaire diaspora pour mobiliser, organiser, structurer et lancer des patriotes dans l’action libératrice sur la base d’une planification stratégique solide. Malheureusement, nous ne sommes pas encore suffisamment compris et suivis. Mais, les togolais patriotes vivant à l’extérieur ne vont pas échapper à ce travail. Puisque les lois de l’Histoire n’ont pas indiqué un autre devoir aux patriotes exilés. Sinon, nous allons toutes et tous mourir tristement et honteusement en terre étrangère.

Le confrère Liberté Hebdo a fait un travail magnifique sur la structure de l’armée togolaise. L’ethnie kabyè rafle la mise. Que représente ce danger dans un pays où les ethnies se regardent en chien de faïence et ou l’Etat est encore faible ?

Aucun danger. Le régime essaie ouvertement d’ériger le phénomène ethnique en une réalité politique dans ce pays depuis 30 ans. Cela ne prend pas et ne prendra pas car les togolais ont compris ce jeu. Ce régime est rejeté partout dans le pays car la souffrance et la misère sont partout. Il y a une armée dans l’armée. C’est ce noyau qui a le pouvoir. Tout le reste, Kabyè ou pas, est désarmé et donc obligé de suivre le mouvement, se taire ou mourir. Donc, les manipulations ethniques visant à dénaturer le conflit historique qui oppose les masses populaires togolaises à ce régime colonial qui a cassé le projet indépendantiste conduit par Sylvanus Olympio et les patriotes réunis autour de lui à l’époque ne marchent et ne marcheront pas.

En 2018, Tikpi Atchadam est élu homme politique de l’année par les médias français. Aujourd’hui, il vit en cachette dans un pays. Comment expliquez-vous ce paradoxe et le silence de ses petits amis de l’opposition voire des organisations des droits de l’homme ?

Les partis politiques et leurs patrons ont leur agenda et leurs petits intérêts. Pour nous, tout ceci n’a aucun lien avec la lutte qui nous attend en vue de la libération et de la reconstruction du pays. Cette entreprise demande de ne plus focaliser l’énergie des togolais sur des amusements politiciens sans issue. Nous sommes à un moment où les togolais doivent identifier les tâches à accomplir d’eux-mêmes après 30 ans d’errance d’impasse en impasse sous la conduite des gens à qui ils ont donné le titre de Leaders alors qu’ils n’en avaient pas la dimension. Notre peuple, comme tout le peuple noir, attend son salut d’une élite coloniale qui rêve de devenir calife à la place du calife. C’est une grossière faute de lecture. Naturellement tout ceci a échoué et cet échec a commencé par ouvrir les yeux et les oreilles à l’immense majorité des populations qui avaient jusque-là la certitude que c’est de ceux-là que le pays sera libéré. Eh bien quand on échoue sur une mauvaise voie, c’est que le bon chemin va être enfin trouvé. Voilà pourquoi, le rôle de tout togolais ayant analysé la situation du pays depuis au moins 30 ans maintenant, c’est d’encourager nos compatriotes à cesser d’être impressionnés par les jeunes premiers ou par des Libérateurs qu’on leur désigne et de  devenir des patriotes résolus et déterminés à jouer un autre rôle en dehors de suiveurs de leaders ou des gens qui attendent sagement un sauveur . Il faut casser les murs de la méfiance et de querelles stériles que le régime et les partis politiques qui l’accompagnent ont érigé entre nous pour nous empêcher de parvenir à une unité patriotique pouvant nous permettre d’agir de manière organisée et disciplinée.

Parlons un peu des évènements du 19 août 2017. Gilbert Bawara dit que ces évènements ne se reproduiront plus jamais au Togo. Comment interprétez-vous cette sortie ?

Bawara n’a pas les compétences pour faire barrage aux lois de l’Histoire. Elles sont incontournables. Ce n’est pas la rhétorique d’intimidation, de menaces, de mensonges fondés sur la guerre psychologique que Bawara et ses amis pensent livrer aux populations africaines du Togo qui empêchera les prédictions de l’Histoire de se réaliser au Togo. Un peuple dominé, écrasé, réprimé, manipulé, torturé, volé, violé, humilié et pris pour une masse de cons infinis se lève tôt ou tard. Le Tsunami populaire s’élèvera courageusement dans ce pays. Les vrais patriotes y travaillent nuit et jour, car il est exclu d’abandonner le pays, seul héritage que nos Ancêtres ont donné aux enfants de ce pays qu’ils soient du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest ou du Centre, entre les mains des gens aussi indignes et aussi criminels imposés par l’étranger dominateur comme dirigeants. Quand ce jour sera là, ni Bawara ni aucun autre soutien de ce régime criminel ne pourront contenir cette puissance populaire. Les togolais conscients qui savent que le pays n’a aucun avenir sous la direction de ces gens doivent absolument travailler, travailler et encore travailler pour mobiliser et organiser notre peuple pour qu’il retrouve son pouvoir de décision perdu.

Je vous remercie Monsieur Komla Kpogli.

C’est à moi de vous remercier.

Interview réalisée par Camus Ali pour Lynxtogo.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

35 − 28 =