La coalition à l’aéroport de Lomé avant de savoir que le déplacement n’aura plus lieu

0
253


La situation sociopolitique togolaise se crispe de plus en plus. Mais, samedi dernier, alors que les protagonistes de la crise étaient attendus en Guinée Conakry pour avoir une discussion avec l’un des 2 facilitateurs en la personne du chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, le déplacement a été annulé à la dernière minute.
Que s’est-il exactement passé ? Selon Brigitte Adjamagbo Johnson, coordinatrice de de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise, ce fut une surprise dans la mesure où lorsqu’elle démarrait de chez elle pour se rendre à l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé, ce voyage était encore possible. Dix minutes après, tout a changé.
« Lorsque je démarrais de chez moi, j’ai reçu un coup de fil du Représentant permanent de la CEDEAO au Togo, Garba Lompo qui voulait s’assurer que nous avions l’information et que nous serions tous à l’heure. Je l’ai rassuré. Après une dizaine de minutes, il m’a rappelé qu’il y a un contretemps, une mauvaise nouvelle », a-t-elle déclaré ce lundi sur la radio Victoire FM.
Selon les informations données à la délégation de la coalition des 14, l’avion qui devrait être envoyé par le président de la République de Guinée n’a pas pu faire le déplacement parce que n’ayant pas pu revenir à temps d’une mission précédente. Il était donc pratiquement impossible que la réunion du Togo ait lieu car, a-t-elle souligné, le président de la République de Guinée avait une mission prévue en Allemagne le dimanche, après la réunion du Togo.
Malgré l’annulation de ce déplacement, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition reste convaincue que le problème qui se pose actuellement au Togo, avec une Commission électorale nationale indépendante (CENI) contestée mais appuyée par le gouvernement, qui avance à grands pas vers l’organisation des élections le 20 décembre prochain.
« En dépit de ce qui dit le gouvernement, c’est clair que le gouvernement, la CENI et l’Assemblée nationale ont violé la feuille de route de la CEDEAO et les facilitateurs devront nécessairement se prononcer », a-t-elle ajouté.
En attendant la résolution du problème, la coalition des 14 ne compte pas rester les bras croisés. Elle appelle les populations à se joindre à la manifestation pacifique que le front citoyen ‘Togo debout’ organise le samedi 3 novembre prochain pour dire sa désapprobation de tout ce qui se fait.
Elle a déjà prévenu qu’elle compte retourner dans les rues sur toute l’étendue du territoire national pour se faire entendre car, soulignent les responsables de cette coalition, le gouvernement togolais a mis fin au règlement pacifique de lac crise.
Selon les informations, la délégation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition n’était pas la seule à se rendre en Guinée. Outre certains représentants de la CEDEAO, le ministre ghanéen de la sécurité, Albert Kan-Daapah et une délégation du gouvernement togolais et du parti Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir, devraient prendre le même vol.
 
Global actu
 

Laisser un commentaire