La Coalition dénonce l’accaparent du bureau de l’Assemblée nationale par UNIR

0
224

jean-kissi500


Quatre heures après la clôture de la session de droit de l’Assemblée nationale, la Coalition « Arc-en-ciel » a fait le point de sa participation à cette session à la presse.
 
C’était l’occasion pour ce regroupement qui constitue la troisième force de l’opposition de faire le bilan en terme de participation à cette session.Selon la déclaration liminaire lue en début de rencontre par le député Jean Kissi, la Coalition a fait des propositions visant à apporter des précisions à l’article 8 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, réécrire l’article 26 relatif à la constitution des groupes parlementaires, à apporter des précisions à l’article 45 portant publicité des débats parlementaires.
C’est sur la constitution de groupes parlementaires qui les critiques de la Coalition a été acerbes. Elle a dénoncé les manœuvres du pouvoir qui l’ont empêchées de former un groupe parlementaire.
Pour Me Apévon Dodji, « il est souhaitable que l’opposition ait plus de groupes parlementaires pour mettre UNIR en minorité ».
 
Il n’exclu pas la possibilité de former un groupe parlementaire avec l’UFC.« La formation de groupe parlementaire est une question d’opportunité. Si demain les approches permettent de dire que notre vision de la société est partagée par l’UFC qui, hier a fait le choix qui est décrié par la population. Si aujourd’hui l’UFC comprend que ce choix est mauvais et qu’il veut revenir et se repositionner et nous voyons clairement que l’UFC s’est repositionnée en terme d’enjeu pour les populations pourquoi ne pas constituer un groupe avec elle, il n’y a rien de mal à cela », a déclaré Me Apévon.
 
Sur la constitution du bureau de l’Assemblée nationale, la Coalition estime que UNIR a eu l’outrecuidance de s’accaparer sans scrupule de tous les 11 postes de l’assemblée nationale malgré l’article 8 du règlement intérieur .La Coalition a dénoncé la mauvaise foi du pouvoir qui a violé les accords.
 
« Les deux concertations de couloirs ont montré que la 3ème vice-présidence est acquise à l’opposition mais le matin du vote UNIR nous apprend qu’on ne peut pas avoir cette place parce qu’on a appris qu’une personne dans leur rang veut absolument la 3ème vice-présidence. C’est pour cela que nous on ne peut plus avoir cette place », a confié encore Me Apévon.
 
Pour l’avocat, « UNIR aurait gagné en terme de crédibilité en laissant à l’opposition les deux derniers postes de vice-présidence ».Ce qui fait dire que au président du CAR que « pousser les autres à leur retranchement c’est une manière de les empêcher d’être présent ».Cependant la Coalition a réaffirmé sa détermination à se battre au sein du parlement pour porter les préoccupations des populations et faire en sorte qu’elles trouvent des solutions adéquates.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

35 + = 43