La coalition des 14, convergente sur tout mais divergente sur une alliance électorale

0
253


La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise qui depuis septembre 2017, reste convergente sur la question des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales à opérer avant toute élection au Togo, semble diverger sur la question d’une possible alliance électorale relative à ces élections.
A l’Alliance nationale pour le changement (ANC), le parti du chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, on estime qu’aller à des élections avec 14 partis politiques sera ‘ingérable’. Jean Kissi, le secrétaire général du Comité d’action pour le renouveau (CAR) n’est pas du même avis. Pour lui, c’est un impératif d’aller à ces élections dans une ‘dynamique unitaire’.
Pour convaincre l’opinion sur l’impossibilité de cette alliance électorale devant conduire aux prochaines élections législatives, Eric Dupuy, secrétaire national à la communication de l’ANC qui intervenait sur le site d’informations E-vision Togo, a rappelé les cas les plus récents des législatives de 2007 et 2013.
« En 2013, il y avait 2 coalitions qui ont réuni l’ensemble des partis qui forment l’opposition démocratique, le CST et l’Arc-en-ciel. Les résultats des législatives ont donné 18 députés pour l’ANC et 6 pour Arc-en-ciel qui n’existe pas à l’Assemblée nationale. En 2007, l’UFC qui s’était présentée seule aux législatives, avaient obtenu 27 sièges. Il faut savoir tirer les conclusions sur le passé », a-t-il déclaré.
Pour lui, pour rendre possible cette unité d’action sur la question électorale, il faut s’attaquer d’abord au fichier électoral, au découpage électoral et au mode de scrutin qui, selon lui, sont iniques. « Tant que tous ces problèmes ne seront pas résolus, on peut se mette ensemble, ça ne servira à rien », a-t-il relevé.
Intervenant ce vendredi sur la radio Victoire FM, Jean Kissi du CAR ne semble pas du même avis. « La coalition ne peut aborder les prochaines élections que dans une dynamique unitaire. On ne peut pas faire toute cette lutte et aller s’insulter devant UNIR », a-t-il expliqué.
Pour ce député, collaborateur de Me Yawovi Agboyibo, si la coalition des 14 partis politiques de l’opposition va aux prochaines élections en rang dispersé, le peuple togolais ne le lui pardonnera pas.
Pour information, cette coalition se dit prête à tout pour obtenir l’inclusivité et la parité de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en lieu et place de celle incomplète qui prépare activement les prochaines élections législatives
 
Global actu
 

Laisser un commentaire