La solidarité syndicale au menu d’une discussion entre les journalistes indépendants du Togo

0
651

ftbc_500


Première force syndicale dans le monde de la presse libre togolaise, le Syndicat des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT), essaie de peser dans les discussions qui engagent l’avenir de la corporation. Mais une telle bataille ne pourra se faire sans que les membres de ce syndicat ne constituent une force numérique susceptible d’influer sur les décisions ou même que le syndicat ne soit pas capable lui-même de tisser son réseau de solidarité syndicale pour parvenir à cette fin. C’est donc l’objectif qui sous tend une rencontre de sensibilisation qui a réunit ce vendredi à la Maison de la presse à Lomé une trentaine de journalistes de la presse indépendante du Togo.
 
Le thème retenu est « Quelle solidarité syndicale pour une meilleure liberté d’expression ? ».
Pour le secrétaire général du SYNJIT, Maxime Domegni la rencontre a permis de revisiter le cadre légale nationale pour jouir de la liberté d’expression et syndicale et aussi de maitriser les contours de la lutte syndicale et qui peut permettre la solidarité syndicale, dans l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes togolais.
 
Faisant le lien entre la liberté d’expression et la solidarité syndicale, M. Domegni a déclaré qu’« Etant des journalistes, étant préoccupés par la situation de la liberté d’expression dans notre pays, il est important d’explorer la possibilité offerte par la solidarité syndicale pour appuyer et renforcer la liberté d’expression dans notre pays ».
 
Plusieurs communications ont meublé ces échanges.
 
Crée en 2011, le SYNJIT œuvre pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes indépendants togolais avec en ligne de mire l’adoption d’une convention collective.
Les journalistes du syndicat des médias d’Etat, SAINT-JOP ont également pris part aux échanges.
 
Au Togo, de façon générale, les travailleurs sont sous syndiqués. On estime seulement à 3% ceux qui sont membres de syndicat.
 
La rencontre a été financée par la fédération togolaise des travailleurs du bois et de la construction (FTBC) et SOLIDIFONDS.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 3 = 13