La supercherie qui plombe l’OTR dès sa naissance


Byakapery-Kanyesiim

En brandissant de go, la seconde nationalité de Henry Byakapery Kanyesiim pour donner l’impression aux togolais que ce rwandais était un canadien de souche, Faure Gnassingbé a fait une supercherie qui joue largement contre lui et son projet d’OTR.

En effet, sur le principe, très peu de togolais sont contre le projet de l’Office Togolais des Recettes. Cette formule qui est empruntée au Rwanda, à l’Ouganda, à l’Île Maurice, au Ghana et autre a déjà fait ses preuves dans l’accroissement des recettes fiscales et douanières.

Et donc, a priori, il n’y a pas de raison valable pour que l’on s’érige contre une telle démarche innovante dont le but, s’il est respecté, est de booster les recettes douanières et fiscales au Togo.

Mais il y a un hic que personne non plus ne saurait nier quand il est question de parler de la capacité de nos dirigeants à faire du sérieux dans la gestion des ressources de l’Etat.

Dans le cas précis de l’OTR, le fait de tenter de camoufler l’identité réelle du commissaire général, nommé par décret le 15 janvier dernier, était déjà un faux pas grave qui trahit les desseins cachés de nos dirigeants.

Henry Byakapery Kanyesiim est un rwandais de souche. Il a fait toute sa carrière professionnelle au Rwanda en occupant des postes comme Commissaire général de l’Office rwandais des recettes, directeur de la Caisse de sécurité sociale du Rwanda, président de la Banque de Kigali avant de se retrouver comme simple conseiller auprès du FMI.

Pour quel intérêt alors l’on a jugé nécessaire de brandir la seconde nationalité de ce « noiro » qui le donnait pour un canadien, bref qu’il s’agit d’un personnage d’une certaine probité morale et intellectuelle, d’une certaine droiture qui serait loin des vilaines carences et indélicatesses dont les dirigeants togolais ont pris l’habitude de faire preuve chaque fois que l’occasion leur est donnée de gérer les biens de l’Etat ?

Sans doute que cette duperie, ce camouflage cache nécessairement quelque chose de pas vraiment sain.

En fouillant et en fouinant de près, il est facile de comprendre toute la mafia qui entoure cette nomination.

D’abord il faut constater que depuis plus de quatre ans déjà, l’on note dans les couloirs du palais de la présidence comme dans des ministères stratégiques, la surabondante présence de rwandais qui font office de conseillers par ici, de chargé de missions par là….

Fedy N’kouroukiyé qui a quitté la Belgique pour le Togo depuis près de 5 ans ne nous démentirait pas.

Et il s’avère que c’est encore ce réseau qui s’est activé pour faire débarquer le fameux Byakapery Kanyesiim qui fait désormais office de commissaire général de l’OTR.
Mais ne soyons pas dupes. Tout le monde connait bien les habitudes de la maison. Tout le monde sait ce à quoi les recettes fiscales et douanières ont souvent servi sous Faure Gnassingbé.

Certains confrères ont parlé de « Bafanamétrie » pour désigner la manière indécente avec laquelle dame Ingrid Awadé faisait convoyer les sous du fisc au palais comme dans d’autres couloirs opaques.

Tout le monde sait combien les recettes du fisc ont servi à construire des résidences au prince par ci et par là à Lomé comme ailleurs.

Les togolais savent aussi combien de fois les recettes douanières et fiscales ont servi à huiler les réseaux « mafieux » à l’internationale pour sauver l’image du régime en place.

Que ce soient les campagnes électorales, le réseau des femmes pour UNIR, les missions secrètes des ventrocrates du régime, ou bien d’autres circonstances, dame Ingrid a souvent débloqué l’argent liquide sans pouvoir rendre compte à qui que ce soit pour assumer toutes ces charges quasi « occultes » vis-à-vis du peuple.

Mais alors Faure Gnssingbé dont le pouvoir a largement bénéficié de toutes ces pratiques veut-il dire aux togolais que du jour au lendemain, il serait prêt à rompre avec de telles pratiques viles ?

Si oui, par quelle alternative entend-il continuer à entretenir ces réseaux si tant est qu’il ne compte plus sur ces fonds « sauvages » pour les lubrifier ?

Il est évident que tant que le même système sera en place, il sera difficile de changer d’habitudes du jour au lendemain. Et le fils d’Eyadema n’est pas dupe pour mettre à la tête des deux principales régies financières de l’Etat, un personnage sur lequel il n’a aucun contrôle, ni emprise.

C’est ainsi que la venue de ce rwandais se comprend aisément.

Quelle résistance un simple ancien conseiller au FMI pourrait-il opposer à un Chef d’Etat alors que ce dernier lui a offert une aubaine en le mettant à un poste aussi stratégique qui lui permet de manipuler des milliards qu’il ne rêverait jamais manipuler quand il était à cette institution financière internationale ?

La réponse saute d’elle-même. L’on ne scie jamais la branche sur laquelle l’on est assis.

Conclusion, Henry Byakapery Kanyesiim est au service de Faure Gnassingbé et jamais il ne saurait lui résister sur quoi que ce soit quand il s’agira de décaisser des fonds pour entretenir les réseaux parallèles qui doivent œuvrer dans l’ombre pour sauver l’image du régime en place.

Bref l’on a juste changé de fusil d’épaule pour mieux tirer, pourvu que cela contribue à tromper la vigilance des partenaires au développement et du peuple togolais !!!!!!

 

togoinfos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé par Togo Actualité !!