L’an 1 de la STT : la tache noire qui entache un bilan élogieux


stt_mobilisation

Créée à la suite de la révolte des fonctionnaires togolais consécutive à l’adoption le 19 janvier 2013 du statut particulier de la fonction publique sans incidence financière sur le salaire des agents de l’Etat, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) souffle cette semaine sa première bougie.

Cette Synergie est née dans les moments difficiles de l’histoire des fonctionnaires togolais. C’est à la suite de la volte-face des six centrales syndicales qui avait pourtant donné un ultimatum au gouvernement et qui ont finalement levé le mot d’ordre sans consulter la base qu’est né ce mouvement syndical. Un groupe de fonctionnaires mécontents dont les cadres du SYNPHOT s’étaient retrouvés dans l’enceinte du CHU Sylvanus de Lomé pour créer ce mouvement. Ils n’imaginaient certainement pas que leur mouvement allait prendre une telle ampleur.

Même si l’émergence de cette Synergie n’a pas fait plier complètement le gouvernement sur le statut des fonctionnaires et notamment sur sa question salariale, elle a eu le mérite de faire bouger les lignes. En effet, grâce à cette Synergie et sur sa pression, le gouvernement qui au départ était foncièrement opposé au déblocage des fonds pour satisfaire les fonctionnaires, a consenti à verser des allocations forfaitaires de 20 000 F et 30 000 F aux fonctionnaires sur les huit derniers mois. Cette allocation sera encore prolongée pour cette année. Inimaginable il y a quelques mois seulement car ce gouvernement a habitué plus d’un par ces promesses non tenues et sa politique de fuite en avant.

Mais ces allocations ont été versées c’est aussi la preuve que les fonctionnaires et le peuple togolais en général doit mettre la pression pour faire plier le gouvernement qui ne fait de concessions qu’une fois acculée ou dos au mur.

Cette première année, la Synergie s’est vraiment démarquée sur le front social. Les Togolais qui croyait qu’aucun mouvement de grève ne pourra plus réussir au Togo vu l’impact que le syndrome de la grève générale illimitée du début des années 1990 a laissé sur les travailleurs mais aussi par la corruption qui mine le secteur syndical, ont finit par y croire. En témoigne, le fort succès de ces appels à la grève. Ces mouvements de débrayage qui ont paralysé l’administration sont souvent suivis à plus de 90% dans le secteur de la santé et de l’éducation nationale.

Ils ont permis à la STT de s’imposer comme le seul partenaire crédible aux yeux du gouvernement qui a relégué au second plan les centrales lèche-bottes. Ainsi pour des dialogues engageant la vie des fonctionnaires, la STT a été le seul interlocuteur du gouvernement. Même si les résultats au sortir de ces négociations ne sont pas visibles, la Synergie a eu le mérite d’exister. Sans elle personne ne saurait dire que deviendraient les fonctionnaires togolais abandonnés à leur triste sort, et des centrales plus préoccupées à tirer profits de leur poste que la défense des intérêts de ces membres.
Seule tache noire qui colle sur un d’existence de la Synergie est l’assassinat des deux élèves dans la ville de Dapaong dans des circonstances encore non élucidées.

Jusqu’à présent, on a l’impression que la pression mis sur le gouvernement pour faire la lumière sur ces malheureux événements, est tombée.

L’enquête annoncée par le gouvernement a été comme toujours un trompe-œil destinée à calmer la tension alors que les familles des victimes attendent les résultats de cette enquête pour faire leur deuil. Depuis bientôt neuf mois, le corps d’une des victimes dort toujours à la morgue de la ville.

Pendant ce temps les fonctionnaires togolais tirent profit de ces allocations que ces innocents enfants n’auront jamais la chance d’en profiter un jour. Ce qu’ils demandent à la STT à l’occasion de la célébration de ce premier anniversaire c’est de ne pas baisser la pression mais de tout faire pour que la vérité sur leurs assassinats soit connue. La STT est attendue, de même que tous ce qui aujourd’hui perçoivent ces allocations forfaitaires.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils