L’ANC met en garde la HAAC


eric_dupuy

Le secrétaire national à la communication de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Eric Dupuy a interpellé dimanche sur la radio Nana FM la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) sur « les diffamations » dont les responsables de l’ANC font l’objet depuis quelques temps.

Pour le responsable de l’ANC, c’est une campagne médiatique montée de toutes pièces par le pouvoir contre son parti et entretenue par la HAAC qui garde « un silence complice ».

« Aujourd’hui, il se développe un acharnement contre notre parti, des diffamations et des histoires montées tous les jours. C’est toute une campagne médiatique savamment organisée pour dénigrer, pour salir ceux qui aujourd’hui sont à même de sauver ce pays », a déclaré M. Dupuy.

Cette campagne est  montée « par le pouvoir », a-t-il précisé avant d’ajouter qu’il n’y a pas d’explication du  silence « complice » de la HAAC « quand de telles ignominies se développent sur certaines radios alors qu’on a fermé deux radios dans ce pays sans qu’elles n’aient atteint ce niveau de diffamation fait contre l’ANC ».

L’ancien responsable du Comité Togolais de Résistance (CRT) n’a pas tardé avant de mettre en garde la HAAC. « Attention la HAAC, si elle ne réagit pas, elle va plonger ce pays dans une situation dramatique ».

Cette campagne médiatique, a-t-il également fait observer, «  ne fait que renforcer la conviction des populations togolaises que le seul parti politique aujourd’hui, qui défend réellement leurs intérêts, c’est bien l’ANC ».

L’ANC se défend d’avoir proféré des menaces de mort contre des journalistes. « Personne au sein de l’ANC n’a proféré de menaces vis-à-vis de qui que ce soit. « J’ai entendu celui-là même qui dit recevoir des menaces, qu’il n’a reçu ni d’appels, ni de lettre mais le bruit court que sa vie serait en danger. Avec des suppositions, on peut aller très loin », a souligné le secrétaire national.

Quant aux deux mémorandums publiés par l’Union des Forces de Changement (UFC), son ancien parti, Eric Dupuy a indiqué que « personne au sein de l’ANC n’a été approché ni de près ni de loin pour des intérêts pécuniaires ».

« Nous l’avons appris à nos dépends que Gilchrist Olympio est allé négocier en douce avec le régime sans que le parti n’en soit informé. Je me rappelle d’un débat houleux au bureau national de l’UFC qui a interpellé le président national Olympio dans sa fierté, parce que des négociations secrètes avaient eu lieu entre lui et le régime à Paris, ce qui a abouti à la signature d’un accord dans la maison de son père, feu Sylvanus Olympio et nous avons pris notre responsabilité, de demander sa démission du parti », a-t-il précisé.

Telli K.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils