Accueil ECONOMIE L’armée togolaise dans la tourmente

L’armée togolaise dans la tourmente


Atcha-Mohamed-Titikpina


C’est une grande honte pour Faure Gnassingbé et son armée, et partant, pour le Togo et les togolais.
 
L’information que publie notre confrère Liberté paru mardi est plus que grave. Dix-sept soldats togolais, y compris des officiers de haut rang se seraient rendus coupables d’un vol honteux au Mali.
 
Nourriture, carburant, produits pharmaceutiques et même munitions qui auraient été vendues aux rebelles contre lesquels ils ont été déployés au nord du Mali. Quelle honte !!!!
 
Ainsi donc toute la propagande qui est faite sur le traditionnel « comportement exemplaire » des soldats togolais dans les diverses opérations de maintien de la paix n’était rien donc que du bluff.
 
Oui, c’est un vrai bluff puisque ces cas de vols ne datent pas d’aujourd’hui. En côte d’Ivoire, depuis des années, l’on avait déjà relevé ce comportement indélicat de certaines de nos troupes déployées pour le maintien de la paix dans ce pays.
 
Et le Capitaine Dontéma qui avait pris le risque de dénoncer ce genre de comportement en a eu pour son compte. L’on l’a purement et simplement rapatrié et mis en taule sans autre forme de procès.
 
Ce qui sous-entend donc que ces vols sont organisés en complicité avec la hiérarchie des FAT à Lomé. Mais oui. Le déploiement des troupes sur les théâtres de guerre ou pour des opérations de maintien de la paix est devenu un vrai business pour nos officiers et sous-officiers.
 
Non seulement le tri des soldats est fait selon des critères opaques et en fonction des affinités, mais surtout l’on fait tout pour spolier autant que faire se peut ces soldats envoyés à leur risque et péril.
 
Le phénomène en réalité existait depuis des lustres, mais personne n’osait en parler. Et tous les soldats qui ont osé réclamer quoi que ce soit se sont vus réformés de l’armée sans ménagement.
 

 
Aujourd’hui, l’heure du bilan est arrivée et les faits étant têtus, ils ont fini par se répéter au point de trahir les auteurs et commanditaires.
 
Mais Faure Gnassingbé aura-t-il le courage de chercher à faire le ménage au sein de la grande muette qui constitue en réalité sa principale béquille de survie politique ?
 
Ce n’est pas du tout évident. Et personne ne peut même imaginer que le Président de la République n’était réellement pas au courant de la mafia qui mine l’armée dont il a héritée.
 
Seulement voilà, il se dit qu’il n’a pas les moyens de scier la branche sur laquelle il a assis son pouvoir.
 
Comment s’y prendre pour faire le ménage au sein de cette grande muette qui regorge des inconditionnels de son pouvoir mais aussi des gens les plus véreux et les plus cupides possibles que le Togo n’aie jamais connus auparavant ?
 
La question reste toute en entière pour Faure Gnassingbé tant qu’il n’aura pas l’audace de poser des actes concrets pour déminer cette forteresse d’officiers indélicats et coupables d’indescriptibles actes délictueux !!!
 
En attendant que notre cher Président réfléchisse à donner une suite à tous ces faits surréalistes, procédons au moins à la lecture de l’article de notre confrère.
 
Voici l’intégralité de l’article
 
Indélicatesse de l’armée togolaise au sein de la MINUSMA
 

 
Dix-sept officiers des FAT ramenés du Mali et mis en taule pour détournement de matériels
 
Parce que le Togo évolue dans un espace communautaire, son armée peut être sollicitée pour des opérations de maintien de la paix dans un autre pays. Mais lorsque le caractère républicain tant réclamé pour toute armée demeure un leurre, les résultats ne peuvent se résumer qu’en des détournements de matériels.
 
Reste à savoir si ce sont seulement le vol du carburant, des aliments et des produits pharmaceutiques … dont la quinzaine de soldats togolais qui seraient aux arrêts, s’est rendue coupable.
 
L’information a fuité depuis la semaine dernière, mais les autorités ont semblé la noyer en mettant en avant les soldats togolais déployés en Côte d’Ivoire et qui ont été décorés par la mission de l’ONUCI. Ils sont près de 500.
 
Mais lorsque l’image du pays est salie à l’extérieur par des indélicats qui s’adonnent à des actes susceptibles de refléter l’absence d’éthique au sommet de l’armée togolaise, il urge que l’information soit traitée avec la plus grande impartialité et que les responsabilités soient situées.
 
Il nous revient que dix-sept soldats togolais engagés dans la force de maintien de la paix au Mali (MINUSMA) ont été rapatriés et sont actuellement aux arrêts de rigueur. La raison ? Ils auraient détourné à leur profit personnel du carburant, de la nourriture et des produits pharmaceutiques.
 
Mais d’autres sources ajoutent le détournement de munitions. Parmi la quinzaine figurent des officiers supérieurs dont les Lieutenants-colonels Karka du service de santé des FAT, Gnakoulamba du 3ème Régiment Interarmes (RIA) de Témédja, Simza du Régiment de soutien et d’appui (RSA), les Cpt Abalotou et Alledi, le Cdt Agaté et l’Adjudant chef Alakou.
 
Des officiers supérieurs censés indiquer la voie aux troupes, accusés de vol. Ils auraient été ramenés par un vol spécial.
 
Et pourtant, les 12 et 13 août derniers, lors de la conférence des Chefs d’Etat-major de la Cédéao tenue à Lomé, il a été question que les conditions de travail et de vie des troupes engagées au Mali soient améliorées.
 
Les actes dont se sont rendus coupables ces soldats sont-ils des signes qui montreraient que les conditions de vie des soldats ne seraient pas aussi roses que le croit le citoyen lambda ?
 
Mais lorsqu’on ajoute l’information selon laquelle la plupart des soldats engagés dans des missions hors du Togo verseraient des pots de vin aux supérieurs qui les ont proposés en guise de « remerciement », il devient urgent qu’une information judiciaire soit ouverte pour déterminer le virus qui mine la grande muette et qu’une thérapie de choc lui soit apportée.
 
Il nous souvient qu’il y a quelque temps, c’étaient des hommes de troupe engagés en Côte d’Ivoire qui avaient été appréhendés dans le vol de tenues et autres matériels militaires.
 
Et ce n’est pas la décoration récemment décernée aux soldats togolais de l’Onuci qui fera taire les soupçons de plus en plus probants de népotisme, de rackets, et d’extorsions de fonds.
 
Si le comportement des troupes s’était limité à l’Onuci, on finirait par oublier. Mais la récurrence de ces faits pousse à réfléchir.
 
Abbé Faria
 
Liberté N°1547 du 1er octobre 2013
 
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

54 − 46 =

LES + LUS

Qui sont ceux qui ont honte de se présenter aux élections locales sous l’identité de leur parti?

« Nous savons ce que nous sommes quand nous voyons ce que nous avons fait ». Pierre...

Promotion du PND : Les contre-vérités de Faure Gnassingbé à Londres et sur BBC

Lorsqu’une seule famille gère un pays depuis 52 ans, avec son lot de violations systématiques de droits...

« Panique totale » dans le centre du Bénin: Au moins deux opposants tués, 50 policiers blessés

Plusieurs civils ont été tués par balles et une cinquantaine de policiers ont été blessés, dans les...

Togo, « Armes de guerre » de Faure Gnassigné : Comprendre la Supercherie.

Très à l’aise au micro des médias étrangers au détriment des organes de presse nationaux pour lesquels...

Togo : Chasse à l’homme contre les militants du PNP à l’intérieur du pays.

Le parti exige la libération de Ouro-Djikpa TchatikpiDans un communiqué rendu public le...