L’Assemblée nationale lève l’immunité parlementaire du député Targone à la hussarde

0
553

assemblee

Il sera maintenant loisible aux juges maintenant d’écouter le député de Dankpen, Targone Sambrini N’Wakin. L’immunité qui le protégeait contre cette procédure judicaire engagé contre lui par le préfet de Dankpen a été rapidement sautée ce jeudi 5 juin 2014 par les députés à l’Assemblée nationale.

 

C’est par 59 voix pour, 4 contre que le sort de l’élu de Dankpen a été scellé ce matin alors que ces collègues de l’opposition en dénonciation de cette procédure cavalière ont préféré quitté la salle de la plénière ne laissant que les seuls députés UNIR commettre la mascarade.

 

Le président du parlement avait sa compréhension du règlement intérieur du parlement et n’a laissé le choix à aucun député d’intervenir sur le sujet pour lui il fallait aller au vote et rien d’autre.

 

« Ils ont décidé d’en finir avec TARGONE peut être qu’il les gêne parce qu’il est de l’opposition parce qu’ils prétendent que le septentrion est verrouillé par le parti au pouvoir et Arc-en-ciel a eu un siège parce que les chefs d’accusation qu’on porte contre lui c’est aberrant », a déclaré la présidente du groupe parlementaire ANC-ADDI en quittant la salle.

 

« Nous ne pouvons pas participer à cette mascarade, c’est la raison pour laquelle, nous avons décidé de sortir. Ils ont la majorité et donc ils vont jouer avec leur majorité mais nous disons que nous ne pouvons participer à cela», a admis Me Doe-Bruce.

 

Par ce vote le pouvoir a réussi à unir l’opposition contre lui car non seulement les députés d’ARC-EN-CIEL ont quitté la salle mais encore leurs collègues de l’ANC-ADDI n’ont pas aussi participé au vote et plus encore les non inscrits avaient soutenu cette position. Mais la surprise en venue de l’UFC. Depuis que ce parti est entré au gouvernement en 2010, il vote mécaniquement comme la majorité mais ce matin, un député des deux députés de ce parti s’est désolidarisé de la position de son parti et a aussi quitté la salle de plénière dénonçant la manière dont est conduit le débat.

 

Pour sa part, Mme Noupokpa a justifié son départ de la salle par « je ne peux pas voter la levée de l’immunité sans savoir les tenants et les aboutissants de cette levée ».

 

Après cette levée, la justice peut maintenant écouter le député qui a contre lui huit chefs d’accusation à savoir trouble à l’ordre public, violences volontaires, complicité de violences volontaires, homicide volontaire, complicité d’homicide volontaire, destructions volontaires par incendie, complicité de destructions volontaires par incendie, vol qualifié et complicité de vol qualifié. « Avec de tels chefs d’accusation contre soi au Togo, il faut être jugé par le Bon Dieu pour échappé », ironise un vieillard.Ces accusations sont portées contre lui par le préfet de Dankpen Manganawè Dadja.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 1 = 2