Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE Le CAR accuse UNIR de vouloir entretenir les tensions sociopolitiques

Le CAR accuse UNIR de vouloir entretenir les tensions sociopolitiques

- Advertisement -


Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) n’est pas du tout content du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR). Le parti politique présidé par Me Yawovi Agboyibo, dans un communiqué rendu public ce mercredi, estime que la persistance dont fait l’objet le régime de Faure Gnassingbé dans l’installation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) décriée et de ses démembrements, va conduire le pays vers des tensions.
Cet état des choses, souligne le parti membre de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, se présente comme l’une des ‘graves’ anomalies qui entachent les processus électoraux depuis le début du processus électoral, les conduisant tous à des échecs, entrainant des tensions sociopolitiques et le blocage du développement du pays.
Au nombre des anomalies, le CAR cite la configuration des institutions de la République chargées de veiller à l’équité des consultations électorales comme la CENI, la Cour constitutionnelle et la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC).
A cela s’ajoute, selon Yendouban Konlani, le premier vice-président du CAR, auteur du document, une plus grave anomalie : la disposition du statut de l’opposition qui permet à tout parti politique, même présent au gouvernement, de se déclarer parti de l’opposition.
Cette anomalie, soutient le CAR, « vide de son contenu le principe de parité dont le respect est indispensable à l’équité des élections ».
A titre d’illustration, la CENI est composée de 17 membres dont 5 de la majorité, 5 de l’opposition parlementaire, 3 des partis politiques extra-parlementaires, 3 de la société civile et 1 de l’administration. L’Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio, parti au gouvernement, enlève un des 5 sièges de l’opposition parlementaire parce que s’étant déclaré comme parti de l’opposition.
« Aussi longtemps qu’il ne sera pas remédié à ces anomalies, les élections organisées au Togo continueront à être dépourvues de sens avec les mêmes conséquences politiques et socio-économiques », prévient le CAR.
Pour Me Agboyibo et les siens, c’est un impératif que toutes ces anomalies soient revues et corrigées, avant la mise en place de l’institution qui organise et supervise les élections au Togo et ses démembrements, conformément, souligne-t-il, aux prescriptions de la feuille de route de la CEDEAO.
 
Global actu
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

53 + = 54

LES + LUS

Togo / Grand Reportage : Au cœur du Ghetto, les Femmes Transformatrices de Poissons Luttent pour leur Survie

Les femmes au Port de Pêche de Lomé | Photo : TogoTopNews Village de pécheurs, situé au bord...

L’ONG Sid’accueil de Normandie séduite par l’initiative du CFL

Le Centre de Football Liberté (CFL) de Tchékpo Dedekpoè fait son petit bonhomme de chemin. Il a reçu, ce...

Autorité de régulation des marchés publics : Deux ans sans aucun audit

Aftar Traoré Morou, Directeur général ARMP Que se passe-t-il à l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) ?...

Audiences foraines initiées par la DOSI : Nathaniel Olympio invite l’Etat à s’approprier la campagne, la rendre inclusive et gratuite

Depuis ce 10 septembre,ont débuté des audiences foraines en vue de la délivrance des certificats de nationalité aux citoyens....

Fermeture de la frontière nigériane et pénurie de carburant au Togo : Les stations d’essence sont-elles (aussi) dans la contrebande ?

Le Togo est en rupture de carburant. La situation serait liée à la fermeture des frontières nigérianes depuis...