Le CONAPP au bilan


conapp


Elu en avril 2014 pour un mandat de deux (2) ans, le nouveau bureau du Conseil national des patrons de presse (CONAPP), une organisation de la presse togolaise au sein duquel on trouve les patrons de télévisions, de radios, de la presse écrite et de la presse en ligne, a tenu ce vendredi à Lomé sa toute première Assemblée générale ordinaire.
 
Etaient présent à l’ouverture des travaux de cette assemblée, le ministre de la Communication, de la culture, des sports et de la formation civique, Guy Madjé Lorenzo, a constaté l’Agence de presse Afreepress.
 
Pour le conseil, l’objectif de cette rencontre est de créer un cadre de dialogue, d’échanges qui permettra de dresser le bilan des activités à mi-parcours, d’en tirer les leçons et enseignements, ainsi que de définir de nouveaux défis à relever ou encore de tracer des perspectives pour l’avenir.
 
«C’est une obligation à laquelle le conseil ne s’est pas déféré, mais que le nouveau bureau, dans le cadre de la redynamisation et de la rénovation auxquelles nous ne pouvons pas échapper pour atteindre nos objectifs, ceux de rendre notre métier plus professionnel, davantage prospère et mieux inséré dans la vie socio économique, a choisi de respecter, il y va aussi de notre crédibilité», a martelé le président du CONAPP, Jean-Paul Agbo Ahouelété.
 
Il a poursuivi en souhaitant que les travaux débouchent sur des conclusions fructueuses qui permettront à cette organisation d’atteindre ses objectifs.
 
Intervenant sur le volet de la professionnalisation de la presse togolaise, le ministre en charge de la communication, Guy Madjé Lorenzo, a fait savoir que pour que les journalistes vivent de leur métier, il faut que les journaux se spécialisent dans les divers domaines de la vie sociale pour attirer plus d’annonceurs.
 
«La presse togolaise doit être ou doit faire la fierté de notre société. Nous ne voulons pas avoir une presse aux ordres ou aux bottes. On dit souvent que la presse est le 4ème pouvoir mais ce pouvoir doit être exercé avec sagesse et discipline», a exhorté M. Lorenzo.
 
Il a par ailleurs fait état de son désir de voir plus de journalistes d’investigation étant donné que le Togo se développe rapidement et qu’il y a beaucoup de choses qui se passent dans les villes.
 
Mathurin A.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *