Le CST commémore le « triste » anniversaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara


3avocats_cst

La première année du drame des incendies des marchés de Kara et Lomé sera marquée par le Collectif Sauvons le Togo (CST) qui, au cours d’une conférence de presse tenue à Lomé lundi, a invité toute la population togolaise à participer aux activités qu’elle organise du 10 au 13 janvier.

A travers une marche « silencieuse » qui aura pour point de chute, le palais des congrès de Lomé, des cultes à Lomé et à Kara et des veillées de prière « en la mémoire d’Etienne Yakanou et de tous les commerçants décédés », le CST compte atteindre deux objectifs, dénoncer « les nombreux vices de procédures recensés dans la gestion de cette affaire par la justice togolaise » et compatir à la douleur de toutes les victimes de cette «triste tragédie ».

Par ce programme, le CST entend inviter toute la population togolaise à se lever « comme un seul homme pour dire non au cynisme politique qui consiste à réduire les Togolais à la pauvreté pour enfin instrumentaliser cette misère à des fins politiques ».

Dans sa déclaration liminaire de circonstance, le CST n’a pas manqué une fois encore de dénoncer « le flou artistique juridique » et la conduite de l’enquête de ces incendies dans un seul sens.

« La justice togolaise a accepté de se vautrer dans un flou artistique juridique et de conduire l’enquête dans l’unique sens où les donneurs d’ordre ont voulu », lit-on dans la déclaration.

Il est donc « impérieux », selon les responsables du CST, « d’ouvrir une enquête internationale pour faire la lumière sur les vrais commanditaires et les auteurs des incendies. Le collectif a également exigé la libération « immédiate » et « sans conditions » de  tous les détenus « arbitraires » de cette affaire.

Suite aux incendies qui ont ravagé les marchés dans la nuit du 10 janvier 2013 à Kara et du 12 janvier 2013 à Lomé, plusieurs personnes ont été arrêtées et inculpées pour des fins d’enquête. Selon le CST, ces détentions et ces inculpations sont « arbitraires ».

Lors de cette conférence de presse, les responsables ont aussi salué le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (HCDH) pour son rapport relatif à l’état du respect des droits de l’homme au Togo.

Gaël N.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils