Le Togo est tout sauf une démocratie

0
1216

 « Dans un voisinage où tous les Etats engrangent de remarquables avancées démocratiques (Nigeria, Bénin, Burkina, Ghana…) le Togo, s’il doit être appelé démocratie, est alors une démocratie triste et plus que boiteuse » (Jean-Baptiste Placca)

Aujourd’hui 15 septembre est célébrée dans le monde la journée de la démocratie. Cette date ne symbolise malheureusement pas grand-chose au commun des Togolais, l’idéal démocratique ayant été dévoyé par le clan qui a pris en otage le Togo depuis plus de 5 décennies. Coïncidence pour coïncidence, la problématique de la démocratie dans notre pays refait surface après que nous avons relayé un rapport réalisé par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED) et l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel (ERI-ESI) sur l’état de la démocratie et des droits de l’homme au Togo.

Le document vient confirmer ce que tout le monde sait déjà à savoir que le Togo est tout sauf une démocratie. « Selon le graphique 3.1, le fonctionnement de la démocratie n’est pas une réalité au Togo, car seulement 42% des personnes de 18 ans ou plus pensent qu’elle fonctionne dont 12% pensent qu’elle fonctionne beaucoup bien. Par rapport au niveau national, c’est dans le milieu rural que la perception de la démocratie au Togo est meilleure (49%) contre 33% respectivement en milieu urbain et à Lomé », précise le rapport.

La démocratie charrie un certain nombre de principes fondamentaux et de vertus indéniables et universellement reconnus dont l’alternance au pouvoir, l’Etat de droit, le respect des droits de l’Homme, l’indépendance de la justice, la séparation des pouvoirs…Fort de ces principes et dans un pays comme le Togo dirigé sans partage depuis 53 ans par une seule famille, le père et le fils dont la seule ambition est de rester au pouvoir et de se ménager la présidence à vie, un pays qui n’a jamais connu d’alternance au pouvoir, un pays où la justice est instrumentalisée à des fins de règlements de compte politique, où les contrepouvoirs sont étouffés, où les élections sont systématiquement truquées, un pays où les institutions sont toutes verrouillées et caporalisées, un pays qui bat le record de la corruption, de la torture, des violations répétées des droits de l’homme… ce pays est loin, très loin d’être une démocratie.

N’en déplaise à ceux qui s’échinent à faire croire le contraire. La vérité et le courage n’étant pas les vertus cardinales dans le sérail, des « intellectuels opportunistes qui se servent de leurs connaissances livresques pour aider les dictateurs à donner un contour idéologique et politique à leur tyrannie » pour reprendre les termes de Norbert Zongo, sont montés au créneau pour déclamer que le Togo aurait eu une très bonne note en matière de démocratie. Ils ont beau se tuer à clamer que le Togo est une démocratie, on a l’intime certitude qu’eux-mêmes ne sont guère convaincus de ce qu’ils disent. Et ce n’est pas l’opinion publique qui accorderait du crédit à des hypothèses tirées par les cheveux. Dire d’un pouvoir tenu d’une main de fer pendant trente-huit longues années par le père avant de le transmettre à son fils qui est à son 4ème mandat, que c’est une démocratie, est une aberration.

 En février 2020, le magazine britannique « The Economist » a publié son rapport sur la démocratie dans le monde en se fondant sur cinq critères à savoir, le processus électoral et le pluralisme, le fonctionnement du gouvernement, la participation politique, la culture politique et l’état des libertés civiles. Le constat est sans appel pour le Togo classé parmi les dictatures au même titre que la Corée du Nord.

Cette étude corrobore celle réalisée en 2015 par une dizaine d’auteurs en France et en Afrique, le rapport « Tournons la page » qui classait le Togo, la deuxième dictature au monde derrière la Corée du Nord.

Médard AMETEPE / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 + 5 =