Le Togo et le classement Doing Business 2019 : Au-delà du satisfecit… Les tristes réalités !

image_pdfimage_print


Le mercredi 31 octobre dernier, la Banque Mondiale a publié, la 16ème édition de son rapport Doing Business. Le Togo, selon ce rapport, a amélioré son classement, en faisant un bon de 19 places. Soit, la plus grande progression enregistrée en Afrique cette année. Si ce rapport résulte des différentes réformes en vue de l’amélioration du climat des Affaires au Togo, il n’occulte néanmoins pas les pesanteurs sociopolitiques auxquels est contrainte, cette vision.

Bonne moisson

Sur la base de 10 réformes réalisées entre juin 2017 et mai 2018, ce rapport classe désormais le Togo à la 137ème place mondiale contre la 156ème occupée en 2018. Soit, le deuxième top performer en Afrique, avec six (06) indicateurs validés sur dix (10).

Il s’agit de la création d’entreprise (47 places gagnées), l’obtention d’un permis de construire (40 places gagnées), le raccordement à l’électricité (37 places gagnées), le transfert de propriété (55 places gagnées), le paiement des taxes et impôts (01 place gagnée) et l’exécution des contrats (06 places gagnées).

Avec ces performances, le Togo s’honore de se hisser parmi les 10 pays les plus réformateurs de 2018 en Afrique Occidentale, derrière le Rwanda. Soit la 4ème économie la plus attractive de l’espace CEDEAO et la deuxième économie la plus attractive, dans l’espace Uemoa.

L’arbre qui cache la forêt

Tel un trophée de guerre, l’exécutif togolais exhibe ce rapport de la Banque Mondiale qui cache mal la réalité sur le terrain. En effet, au-delà du satisfecit affiché au niveau de certains indicateurs comme celui du raccordement à l’électricité, notamment, le Togo, au fil des années, est devenu un terreau fertile au clientélisme et à la corruption, rendant la gestion des contrats de concession et autres marchés publics plus hardie qu’annoncé ici et là.

Loin des performances louées par le rapport Doing Business 2019, une constatation faite sur le terrain confirme à plus d’un titre que l’acquisition des marchés publics au Togo est bien plus qu’une affaire d’appartenance politique que de technicité, voire d’expertise.

Cette culture de légèreté déconcertante n’est pas de nature à favoriser la concurrence loyale, l’ingéniosité et la créativité. Au contraire, elle cloue au pilori, nombre d’entrepreneurs qui ne comptaient que sur leur technicité et expertise. Une situation qui fait bien le lit à facilité, à la médiocrité, à la gabegie et surtout, à l’impunité.

Les togolais se rappellent encore du triste cas de la route Lomé-Vogan-Anfoin dont le chantier peine à s’achever depuis presque 4 ans. La gestion de cette affaire par le gouvernement se veut logiquement l’une des résultantes de cette politique partisane qui mine le monde entrepreunarial au Togo. L’ entreprise adjudicataire Ceco BTP ayant refusé de danser jusqu’à la fin au son des caprices et chantages des pontes du clan a dû déposer le bilan. Le promoteur Amouzou Constantin quoique publiquement connu comme ami personnel du chef de l’Etat a dû se résoudre à la liquidation de sa petite empire afin de pouvoir respirer un peu. Comme dégât collatéral son mariage a été détruit et sa vie sentimentale périclitée par ces ronces.

Dépolitiser le monde des affaires

L’exécutif togolais se doit de dépolitiser le monde des affaires, en vue de garantir les mêmes chances aux entrepreneurs togolais, peu importe leur appartenance politique. La réalité au sein du Patronat togolais en est justement un résultat fâcheux parmi tant d’autres de ce qui de ce qui n’a pas été relevé par le rapport Doing Business. Le Togo, pour son développement durable, a forcément besoin de l’ensemble de ses fils, sans discrimination aucune. Mieux encore, misé sur les talents. Et le gouvernement togolais, au-delà de la nécessité d’assainir le cadre politique, gagnerait plus à s’inscrire dans cette dynamique unitaire et inclusive à divers niveaux sociopolitiques.

Se faisant, cela accordera plus de crédit aux différents rapports comme celui de Doing Business qui, au-delà de sa pertinence relative, restera peu convainquant aux yeux des observateurs, qui en voient beaucoup plus des arrangements entre États et ces institutions de Breton Woods pour redonner une relative d’air bouffée.

Source : Fraternité
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*