L’eau insalubre et le manque d’installations sanitaires et d’hygiène tuent de nombreux enfants chaque jour (UNICEF)

eau
Environ 2 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de maladies diarrhéiques et environ 1 800 de ces décès sont liés à l’eau, l’assainissement et l’hygiène à l’échelle mondiale, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF).
A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’UNICEF tient à rappeler aux gouvernements, à la société civile et aux simples citoyens le sort tragique d’enfants que masquent souvent les statistiques, selon un communiqué de l’agence onusienne transmis à l’Agence Savoir News. La journée mondiale de l’eau est célébrée chaque 22 mars.
« Parfois, nous accordons tellement d’attention aux chiffres que nous ne voyons plus les tragédies humaines que dissimulent les statistiques », a expliqué Sanjay Wijesekera, responsable mondial du programme d’eau, d’assainissement et d’hygiène de l’UNICEF.
« S’il y avait chaque jour 90 accidents de cars scolaires remplis d’élèves d’école maternelle, sans aucun rescapé, la communauté internationale s’alarmerait. C’est pourtant exactement ce qui arrive tous les jours à cause du manque d’eau, d’assainissement et d’hygiène adéquats », a-t-il indiqué.
Près de 90 % des décès d’enfants dus aux maladies diarrhéiques sont directement liés à l’eau contaminée, au manque d’assainissement ou à une hygiène inadéquate.
Au Togo, environ 124 enfants sur mille meurent avant l’âge de cinq ans, selon l’enquête MICS réalisée en 2010. Ce chiffre atteint les 134 enfants sur mille en milieu rural où l’accès à l’eau potable et aux infrastructures d’assainissement font cruellement défaut. En effet, la disponibilité de l’eau potable varie du simple au double si on compare les zones urbaines et les zones rurales : 38 pour cent seulement des ménages ruraux utilisent des sources d’eau améliorées contre 88 pour cent des ménages urbains. La région des Plateaux enregistre le taux d’accès à l’eau le plus bas de tout le pays, précise le communiqué.
« La différence entre riches et pauvres est également considérable : parmi les ménages les plus riches, neuf sur dix s’approvisionnent en eau potable contre seulement près de deux sur dix chez les ménages les plus pauvres. En ce qui concerne l’assainissement, les chiffres sont encore plus alarmants, particulièrement pour les plus défavorisés. Sur cent ménages vivant en zone rurale, 88 ne disposent pas de sanitaires améliorés et sont ainsi exposés aux maladies diarrhéiques. En milieu urbain par contre, seuls 27 pour cent des ménages n’en disposent pas », poursuit l’UNICEF dans son communiqué.
Selon le Dr. Viviane Van Steirteghem, Représentante de l’UNICEF au Togo, « l’amélioration de l’approvisionnement en eau et assainissement dans le pays contribuerait pour beaucoup à réduire le nombre de décès chez les enfants de moins de cinq ans et aussi à diminuer le nombre d’enfants touchés par les maladies diarrhéiques. De plus, ces maladies entraînent de nombreuses absences des élèves à l’école ; ce qui a un impact négatif sur leur scolarisation ».
« Si des efforts sont déployés par le Gouvernement Togolais et ses partenaires pour remédier à ces problèmes, le chantier demeure vaste. Chaque acteur, du privé comme du public, de la société civile, des médias ou du monde politique doit se mobiliser pour que toutes les familles puissent boire de l’eau de bonne qualité et bénéficier de latrines », a-t-elle ajouté.
Rappelons que l’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence.
Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA.
L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. FIN
Savoir News, Le Journalisme est notre métier