Accueil TOGO ACTUALITÉ SOCIÉTÉ L’entrepreneuriat féminin inclusif pour 75 femmes de la région maritime

L’entrepreneuriat féminin inclusif pour 75 femmes de la région maritime

- Advertisement -

entreprenariat_feminin


Soixante-quinze (75) femmes issus de vingt-cinq (25) groupements féminins de la région maritime sont en formation sur le programme national de l’entrepreneuriat féminin inclusif ce mardi à Lomé, a constaté un reporter de l’Agence de presse Afreepress.Ouverte par la ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Dédé Ahoéfa Ekoué, cette formation a été financée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
 
Elle vise à augmenter le revenu des membres à travers le renforcement des capacités techniques et technologiques de base et organisationnelles des groupements féminins.
 
Pour Dédé Ahoéfa Ekoué, ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, ce programme est un programme important dans la mesure où il a été mis en œuvre pour permettre aux femmes d’améliorer leur productivité, leur rentabilité en matière de transformation de produits.
 
« Plusieurs femmes sont impliquées dans la transformation des produits mais on remarque que la productivité n’est pas forte, la rentabilité n’est pas aussi forte. Nous avons souhaité les accompagner. Nous avons mis en place ce programme qui était en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche et le ministère du développement à la base pour former les femmes à la production, à la consommation mais aussi à la vente », a-t-elle déclaré.
 
La compétence de ces femmes sera également renforcée en matière de marketing, a-t-elle ajouté.
 
« Ici, il s’agit de technologie de production mais aussi de marketing et c’est aussi très important parce que les femmes sont très actives dans le monde agricole et ce n’est qu’à travers la transformation qu’elles peuvent vraiment tirer le meilleur produit de cet investissement qu’est l’agriculture », a-t-elle indiqué.
 
C’est aussi l’occasion de faire de ces femmes les porte-voix chez leurs consœurs afin que toutes soient au courant des programmes mis en place par le gouvernement.
 
Commencé en novembre 2014, cette formation a formé plus de cinq cent cinquante (550) femmes leaders de groupements afin qu’elles aillent former les autres membres dans leurs groupements et qu’on puisse avoir sur leur productivité, leur rentabilité, les revenus des familles.
 
Selon le recensement national de l’agriculture effectué en 2013, l’agriculture est la principale activité. Elle occupe 54% de la population active et contribue à 40% à la formation de la richesse nationale du pays. On dénombre dans ce secteur 53,46% de femmes contre 46,54% d’hommes.
 
Bernadette A.
 
source : afreepress
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

83 − 74 =

LES + LUS

Renonciation à la nationalité togolaise : Les raisons profondes d’un phénomène devenu banal

photo@face Afrique Cinq cents (500) Togolais autorisés à perdre leur nationalité togolaise. C’est l’un des sujets sur lesquels a...

Tarification des services de la Police nationale La LCT dénonce un acharnement fiscal

Dans un arrêté ministériel en date du 04 novembre 2019, le ministre de l’Economie et des Finances, Sani...

Présidentielle de 2020 : Le plan B d’UNIR au cas où Faure Gnassingbe déclinait l’offre de candidature

Invité dimanche 10 novembre 2019 dans une émission sur radio Pyramide Fm, l'ex-ministre Charles Kondi Agba, l'actuel...

Présidentielle 2020 au Togo : Des émissaires de la CEDEAO et l’ONU à Lomé pour s’assurer du bon déroulement du processus

Ibn Mohamled CHAMBAS La Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Organisation des...

Vote de la diaspora : Véritable pétard mouillé.

Des membres de la diaspora togolaise en Côte d’Ivoire lors d’une manifestation anti-Faure Gnassingbé – RPT/UNIR à Abidjan le 19 novembre...