Les forces de sécurité empêchent la marche du MMLK

0
341

mmlk_500


© togoactualite – La marche de protestation du Mouvement Martin Luther King-La Voix des sans voix prévue pour ce vendredi 13 novembre 2015 a été empêchée par les forces de sécurité. Très tôt ce matin une horde de force de l’ordre a pris position au niveau de la Colombe de la paix empêchant tout rassemblement.
 
La marche a reçu le soutien des responsables de la société civile et des responsables de l’opposition à l’instar de l’ancien député Habia Nicodème, du Coordonateur du Mouvement patriotique du 05 Octobre, M. Eloi Koussawo, du président de la LCT M. Emmanuel Sogadzi. Le président du MMLK le pasteur Edoh Komi, arrivé sur les lieux a failli être kidnappé. Il a dû se mettre à l’abri.
Il n’en fallait pas plus pour que les forces de sécurité déployées ne lancent des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.
 
Pour Eloi Koussawo, trouve « regrettable, je suis étonné que 25 ans après l’amorce de notre processus démocratique nous en sommes toujours à cet étape. C’est vraiment triste. Il faut que cela cesse. Il nous importe tous de faire en sorte que notre peuple qui a été toujours vaillant prenne ses responsabilités. Donc c’est un travail de nous tous de faire en sorte que l’arbitraire cesse dans ce pays ».
 
Pour le responsables du MO5, les responsables du régime en place sont dans « cette logique c’est qu’eux aussi ils savent que si ça change c’est la fin de leur privilège, la fin de l’arbitraire qui est leur lit. Ce que nous faire c’est de comprendre les désidératas du peuple togolais, de comprendre que nous sommes au 21ème qu’il est difficile à l’heure de l’internet de se comporter comme des brute. C’est vraiment malheureux », dit-il.
Les ressortissants de la préfecture de Mango qui étaient venus nombreux à la marche se sont repliés à la mosquée de Doumasséssé où ils ont tenté d’improviser un sit-in.
 
Les organisateurs de la marche et la municipalité ne se sont pas tombés d’accord sur l’itinéraire de la marche. Il faut dire que jusque tard la veille, la municipalité n’avait pas marqué son refus à l’itinéraire proposé par les organisateurs. Ce n’est qu’en dernier moment que l’interdiction a été annoncée.
Partis de la colombe de la paix, la marche devrait traverser les artères de la ville pour chuter au ministère de la sécurité et de la protection civile.
 
Notons que la marche avait pour but de protester contre les heurts de Mango, le vote du code pénal notamment son article 497 jugé liberticide par les journalistes, et l’insécurité grandissant dans la ville de Lomé.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire