Les réformes doivent mettre fin à la domination d’un même clan sur le Togo


manif_anctogo


Les Organisations de défense des droits de l’homme et CIBAL-Togo dénoncent la position du parti UNIR qui demande qu’on accorde à Faure GNASSINGBE deux nouveaux mandats en enlevant le verrou qui limite le nombre de mandats présidentiels à deux, en tout état de cause. En conférence de presse jeudi, la Synergie des ODDH et CIBAL-Togo se sont indigné contre un véritable coup de force.
« Nous dénonçons énergiquement cette personnalisation qui pervertit le débat constitutionnel depuis la Commission Mixte Paritaire de1992 où on exige à chaque fois des représentants du peuple togolaisd’accorder des conditions exceptionnelles et dérogatoires aux membres duclan des Gnassingbé pour qu’ils se maintiennent à vie au pouvoir », peut-on lire dans une déclaration de ces organisations.
 
Pour Me Zeus Ajavon et les autres, « ce qui vient de se passer prouve à suffisance que le régime de FaureGnassingbé n’avait aucune volonté de faire les réformes ». « Et donc tout ce qu’il a fait jusqu’à présent n’était que sordides manœuvres et ruse pourgagner du temps : nous ne l’acceptons pas, car le peuple togolais tout entier aspire aux réformes », écrit les ODDH.
 
Elles accusent le pouvoir de bafouer les confessions religieuses, la communauté internationale et la CVJR qui a recommandé les réformes visant notamment la mise en place de mesures garantissant de meilleures conditions pour l’alternance démocratique et que le mandat présidentiel soit limité, avec un mode de scrutin garantissant l’élection du chef de l’Etat à la majorité absolue des votants.
 
Ces organisations appellent leurs militants à se mobiliser massivement pour faire une véritable démonstration de force lors des manifestations appelées à compter du mardi, 13 Janvier prochainà Lomé et sur toute l’étendue du territoire national.
 
Par ces manifestations, la Synergie des ODDH, CIBAL-TOGO, la FTBC, CAP-2015 et CLE veulent exiger le retour à la Constitution du 14 Octobre 1992. De même pour ces organisations, pour mettre définitivement fin au règne de l’impunité au Togo, il est nécessaire que les effets de la limitation du mandat présiddentiel contenu dans la Constitution du 14 Octobre 1992 s’appliquent immédiatement afin que soit mis fin à la domination d’un même clan familial sur le Togo.
 
Il est clair désormais que les réformes n’aboutiront pas avant la présidentielle sauf miracle surtout que la majorité et l’opposition ne s’entendent sur rien. Le parti UNIR veut des réformes qui peuvent permettre à Faure Gnassingbé de pouvoir faire deux nouveaux mandats à la tête du pays; ce que refuse l’opposition notamment l’Alliance nationale pour le Changement (ANC) et ses alliés.
 
source : togobreakingnews
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils