Les réformes politiques se feront dans un cadre politique à partir du lundi 19 mai prochain


discussion_reformes1

Les discussions relatives aux réformes constitutionnelles et institutionnelles auront lieu à partir du lundi 19 mai 2014 dans un cadre politique, autre que l’Assemblée nationale sur six (6) points fondamentaux.

C’est ce qui ressort de la concertation entre le premier ministre, Arthème Ahoomey-Zunu et les responsables des partis politiques parlementaires jeudi à la primature, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

Aussi bien à l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), à la coalition Arc-en-ciel qu’a l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI), c’est la satisfaction.

« En venant, nous avons pensé à la mise en place d’un comité préparatoire devant lister les points qui devraient être à l’ordre du jour de nos discussions, rechercher celui qui doit être à la direction, donc au gouvernail de ces discussions. Nous avons remarqué avec satisfaction que la réunion de ce matin a plutôt été consacrée essentiellement à ces points. Nous savons désormais où les discussions auront lieu. Ce serait à la direction de Togotelecom. Ces discussions sont prévues pour durer jusqu’à la fin du mois de mai », a déclaré Patrick Lawson, premier vice-président de l’ANC.

La réunion avec le premier ministre a également dégagé les points prioritaires des discussions. « « Les points prioritaires sont le reliquat de l’Accord Politique Global (APG), notamment la limitation du mandat présidentiel, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la Cour constitutionnelle », a-t-il ajouté.

« Nous avons trouvé un consensus sur le cadre de discussion avant que le reste du travail ne soit fait à l’Assemblée nationale. Le premier nous l’a confirmé et a même cité les points selon le gouvernement qui doivent faire l’objet de discussion avec la possibilité de pouvoir compléter ces points lorsque nous allons évoluer. Il est même entendu que nous allons avoir une direction de ces discussions politiques pour diriger les travaux. Le gouvernement sera présent dans la salle mais ne participera pas directement aux travaux mais sera là en tant que facilitateur », a estimé pour sa part Me Dodzi Apévon, responsable de la coalition.discussion_reformes2

Pour l’Union pour la République, parti au pouvoir, on trouve que c’est une bonne démarche que le gouvernement a prise. « Si l’esprit que nous avons constaté ce matin se poursuit, nous estimons que nous pourrons faire un très bon travail », a espéré le 2ème vice-président d’UNIR, Katary Foly Bazy.

Après avoir estimé que ces six points à l’ordre du jour ont été déjà examinés par le Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation Rénové (CPDC Rénové), l’Union des Forces de Changement (UFC) dit qu’elle participera aux discussions qui prendront en compte les autres points à ajouter à ces 6 points.

Le premier ministre était accompagné par trois membres du gouvernement, notamment le ministre Gilbert Bawara de l’Administration Territoriale, le secrétaire d’Etat, Christian Trimua et le directeur de cabinet de la primature, Simféitchéou Pré.

Telli .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils