gerry_candidat


Candidat à la dernière élection présidentielle, le président du Nouvel engagement togolais (NET), Gerry Komandéga Taama, invité ce dimanche de l’émission « un œil sur l’actualité » de LCF, a appelé ses pairs de l’opposition à arrêter la diabolisation.
 
« Cette mentalité de l’exclusion n’a pas marché depuis 25 ans, ni permis de gagner les élections dernières et elle n’est pas conforme à celle de la majorité des Togolais », a-t-il déclaré.
 
Selon le plus jeune des candidats à l’élection présidentielle du 25 avril dernier, avec l’évolution de la vie politique, l’opposition est en train de perdre du terrain, et si elle ne fait pas attention, dans dix (10) ans, « c’est le courant politique de l’opposition qui risque de disparaître ».
 
Gerry Taama prend à témoin la situation qui a marqué la vie sociopolitique du Togo avant cette élection présidentielle. « Si le Togo était un autre pays, avec le climat politique et la fronde sociale que le pays a connue avant l’élection présidentielle, le président sortant aurait moins eu des difficultés, soit en termes de taux de participation ou en termes de suffrages exprimés à son endroit, ce qui n’a pas été le cas au Togo », a-t-il précisé.
 
Cela voudra dire, a-t-il poursuivi, que ce que l’opposition fait jusqu’à présent n’a pas marché et si elle continue ainsi, sur les quatre-vingt-onze (91) députés à l’Assemblée nationale, la majorité au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR) aura 90 députés prochainement.
 
« On serait revenu à un parti unique de fait. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation d’échec, nous devons tirer les leçons », a-t-il ajouté.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 3 = 4