Les vérités sur la mort du Colonel MADJOULBA

2
25953

Le Colonel Madjoulba c’est mon beau-frère. Je vous dis les vraies versions des faits et de sa mort. Mon beau-frère Madjoulba est un Chrétien fin. Il est un ami et en même temps mon beau.

Le Samedi 11 Avil 2020, à 16 heures 15 min, Gilbert Bawara était venu voir mon beau-frère Madjoulba Bitala chez lui à la maison. Bawara a reproche à mon beau-frère d’avoir eu des conversations avec quelques officiers à propos des élections frauduleuses du régime RPT/UNIR. Le colonel Madjoulba étant un homme de principes a riposté cette approche de Gilbert Bawara. Le colonel a dit à Bawara, que devant Dieu et devant le Peuple Togolais, que lui Madjoulba ne peut pas cautionner des injustices dans son cher pays et il avait bien dit à Gilbert Bawara, de ne jamais venir lui parler de Faure Gnassingbé. Gilbert, furieux quitta le domicile de mon beau-frère Madjoulba à 17:08 PM. Le lendemain, Katanga a appelé Madjoulba et a demandé à le rencontrer. Madjoulba lui avait demandé la raison de la rencontre. Katanga lui avait dit, c’était pour discuter des choses que lui Katanga aurait aprises concernant son mécontentement avec le régime. le 14 Avril à 9H du matin, le colonel Madjoulba était parti rencontré Katanga. La même journée, mon beau-frère Madjoulba rentrait du service et tenait une conversation avec Olivier Amah à propos de son mécontentement avec Katanga.

Le 03 Mai, c’étatit prévu que mon beau-frère Madjoulba remettrait le drapeau togolais à Faure
Gnassingbé lors des prestations de serment. Mon beau-frère Madjoulba a refusé de remettre le drapeau à Faure. ça a choqué tous les officiers. Malgré lui, il a quand même été aux cérémonies d’investiture de Faure. Après la cérémonie, Katanga était venu lui rendre visite à la maison. Et les deux avaient eu des discussions pour une heure de temps. Katanga est sorti de chez mon beau-frère très furieux.

Le lendemain très tôt, Katanga était arrivé au camp. Mon beau-frère Madjoulba était en ligne avec sa femme quand Katanga est rentré au bureau de mon beau-frère avec un autre officier. et Il tira 2 fois sur mon beau-frère. Ma soeur, (la femme du Colonel Madjoulba) m’a appelé qu’elle a entendu 2 coups de fusil et que son mari ne prenait plus le téléphone quand elle tentait de l’appeler. Je m’était rendu au camp, et je vis le bureau de mon beau-frère Madjoulba entouré. Les officiers ne m’ont pas laissé rentrer. De là, un autre sous officer me chuchota aux oreilles que Katanga venait de le descendre.

Mais jusqu’à quand ce régime prendra fin! Ne cherchez pas loin, Gilbert, Katanga et Faure ont tué le Colonel Madjoulba

Koumadougouma T

Démenti du Olivier Poko AMAH

Olivier Poko AMAH fait le point sur l’actualité togolaise

L’actualité togolaise est à nouveau marquée par un triste événement, avec l’assassinat du
Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA, survenu dans des circonstances jusqu’ici mystérieuses.
La situation est d’autant plus préoccupante que le contexte spatio-temporelle dans lequel cet acte ignoble est survenu ne laisse pas indifférent.

C’est dans cette suite des événements qu’il vient d’être porté à ma connaissance un document
intitulé « Les vérités sur la mort du Colonel Madjoulba », dont le contenu appelle de ma part des observations : ce document qui circule sur les réseaux sociaux, et dont l’auteur serait un beau-frère du regretté Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA, fait état de ce que le Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA aurait eu une conversation avec ma personne dans le courant de la journée du 14 avril. Je tiens à porter à la connaissance de l’opinion publique qu’il s’agit d’allégations mensongères. A cet effet, je précise à toutes fins utiles que depuis que j’ai quitté l’armée, en 2011, je n’ai jamais plus discuté avec le feu Lieutenant-Colonel Bitala MADJOULBA, qui reste quand même une personne que j’ai toujours eu dans mon estime de par ses valeurs et qualités humaines.

J’adresse mes marques de compassion, et mes condoléances les plus attristées aux familles éplorées, ainsi qu’à ses proches.

Du reste, en ma qualité de défenseur des droits de l’homme, je condamne avec la dernière énergie ce crime crapuleux, qui avilit davantage l’image du Togo et des autorités togolaises. J’exige que toute la lumière soit faite, et que les auteurs et commanditaires de cet acte soient poursuivis et jugés conformément aux textes en vigueur.

Que l’Éternel bénisse le Togo !
Fait le 8 mai 2020.

Olivier Poko AMAH

2 Commentaires

  1. Si la mort crapuleuse de notre heros de l’indépendance père de la nation de Sylva National n’est pas élucidée jusqu’à ce matin ce n’est pas la mort ce criminel qui sera élucidée. Allez dormir avec vos beaux discours civilisés comme si on vivait dans un pays des hommes.
    Katanga abalo lui même en tuant Madjoulba sait qu’il a tué au même titre et de la même façon un cafard , personne ne viendra troubler son petit sommeil , ni l’inquiéter sauf sa propre conscience s’il a une encore: du reste il sait que ce seront des bavardages de marquis qui ne pourront même pas soulever une mouche.

  2. Que disent nos officiers de l’extérieure ? Venez nous aider à reprendre notre cher pays le togo. Personnellement je fais appelle au Commandant Aimé Bataba qui avait fait la SWAT et aujourd’hui est Directeur Général d’une Société de formation et de déployement des agents de securité et Militaire à travers le monde. Des qualités que lui reconnaissent tous ces hommes. Aidez nous à le contactez sur son numéro le 004926336090051ou son mail: info@blld-sicherheitsdienst.de . Qu’il décide enfin à aider son pays. Si quelqu’un a son numéro privé qu’il l’envoi. Togolais Debout!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

69 − 65 =