samedi 27 février 2021

Lettre ouverte des employés de l’hôtel de la Paix au Président de la République togolaise


hotel_paix


L’hôtel de la paix, un des fleurons du tourisme togolais a fermé ses portes il y a belle lurette. Et depuis, les employés sont réduits au chômage sans droits. Interpellées sur leurs situations, les autorités, le chef de l’Etat en personne, ont promis répondre favorablement à leurs préoccupations. Mais depuis, rien n’est fait. Au moment où s’ouvre très bientôt, un nouvel complexe hôtelier sur une partie du site de l’hôtel de la paix cédé par le gouvernement, les ex employés de l’hôtel de la paix ont décidé de se donner de la voix. Ils viennent d’adresser une correspondance ouverte au chef de l’Etat et projette observer ce mercredi 23 décembre, un sit-in sur le site.
Lire l’intégralité de la lettre que ces employés au adressé au chef de l’Etat
 
 
LETTRE OUVERTE DES EMPLOYES DE L’HOTEL DE LA PAIX AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE TOGOLAISE
 
Lomé, le 22 décembre 2015
Objet : Demande du payement
Des droits des employés
 
Excellence Monsieur le Président de la République,
 
Nous venons par la présente, très respectueusement et, une fois encore, porter à votre aimable attention, la situation critique et délétère dans laquelle l’ensemble du personnel de l’Hôtel de la paix végète et vous en remercions par avance.
 
En effet, l’Hôtel de la Paix, le luxueux hôtel, classé quatre (04) étoiles, pour rappel, fut l’un des fleurons de l’économie togolaise à son époque. Inauguré le 10 janvier 1975 par votre père, feu Président Etienne GNASSINGBE Eyadema (paix à son âme), il n’est aujourd’hui qu’un plan de mur décoloré, dressé en plein cœur de la capitale, au bord du boulevard du mono, en face de l’Océan Atlantique.
 
Ironie du sort et, tout comme l’Hôtel en état de délabrement, ses employés également, abandonnés à leur triste sort croupissent dans la misère ambiante sans émouvoir les autorités malgré les diverses démarches, sans cesse croissantes effectuées et les multiples promesses données.
 
Quels ne furent notre joie et soulagement, après votre accession à la magistrature suprême du pays en 2005, dès que ce dossier a été porté à votre connaissance, de nous rassurer des efforts que vous-même et vos départements concernés mettront en œuvre pour un meilleur aboutissement dudit dossier.
 
Mais, force est de constater, une fois encore et, avec amertume et regret que depuis plus de dix (10) ans, le problème demeure entier et pis encore, plus crucial à nos jours, malgré vos engagements pris, recommandations et promesses fermes tenues biens que les états financiers définitifs établis et arrêté en collaboration avec les représentants du personnel de l’Hôtel et les responsables de vos divers départements concernés vous soient transmis depuis belles lurettes ;En l’occurrence :le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Tourisme et le Ministère du Travail et des Lois Sociales.
 
Nous ne perdons pas non plus de vue, nos divers démarches effectuées, toujours dans le même sens, auprès de l’Assemblée Nationale où siègent nos députés élus parmi lesquels notre ancien Ministre de tutelle Monsieur Christophe TCHAO et l’Honorable Selom KLASSOU ( actuel Premier Ministre) nous disait à l’époque en 2008 ceci : « votre problème est sérieux. Il faut avoir un cœur de pierre pour ne pas se sentir concerné. » Et pourtant rien n’y fit jusqu’à ce jour.
 
De même, nos divers cris de détresse et de désespoir n’ont rien changé quand une partie du terrain de l’hôtel de la Paix a été vendue au « groupe ONOMO » pour ériger un complexe hôtelier à côté de l’hôtel de la Paix ; cet hôtel qui sera inauguré et verra certainement ses portes s’ouvrir dans les mois à venir vu l’état d’avancement des travaux.
 
Vulnérables, impuissants et face à nos misères quotidiennes et au coût sans cesse élevé de la vie et du pouvoir d’achat dans le pays où ceux qui ont un grain arrivent à joindre difficilement les deux bouts avec la crise qui sévit et la flambée du prix du bol de maïs, aliment de base des pauvres que nous sommes.
 
Souffrez donc un tant soit peu, Excellence Monsieur le Président de la République, que nos cris d’angoisse et de ras-le-bol, venant jusqu’aux tréfonds de nous, parviennent à vous et touchent votre cœur pour qu’enfin vous nous soulagiez, et que ce refus, de votre part, de nous rencontrer, ne signifie pas que ce dossier est définitivement classé en pertes et profits.
 
En portant votre assistance aux personnes en danger que nous sommes, sachez, Excellence Monsieur le Président de la République, que ce sont des pertes en vies humaines que vous épargnez, car vous n’êtes pas sans savoir que de zéro (0) mort tout au début du problème nous comptabilisons déjà cinquante-cinq (55) décès dans nos rangs avec un grand regret. Nous ne perdons pas de vue, pour autant, les soixante-dix (70) retraités qui ne touchent que de nos jours une maigre partie de leur pension de retraite en attendant le versement des cotisations à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) et le reste du personnel composé d’actifs, d’extras et de fonctionnaires détachés dont la plupart malades et invalides attendent patiemment votre soutien pour rentrer dans leur droit de recevoir enfin leur lettre de licenciement. Comme dirait l’autre : « Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir ». Nous faisons donc nôtre cette vérité, nous qui sommes en vie.
 
En regardant nos familles brisées et disloquées, nos enfants déscolarisés et abandonnés d’une part et, la misère sans cesse croissante et insupportable dans laquelle se trouvent les orphelins et veufs laissés par les collègues décédés d’autre part, en tant que chrétiens et fervents croyants, nous ne pouvons qu’implorer sur vous, tout simplement, mais avec une ferme conviction la bénédiction et la grâce de notre seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit afin que votre oui soit oui et que votre parole donnée ne retourne point à vous, sans effet, sans avoir exécuté votre volonté et accompli vos desseins en tant que Chef de l’Etat de notre si beau pays où le volet social fait partie probablement des priorités de vos actions à mener au cours de ce nouveau et troisième quinquennat.
 
Aussi, au moment où nous vous adressons cette lettre ouverte pour la deuxième fois sans oublier les multiples démarches déjà entreprises , nous avons prévu ce mercredi 23 décembre une manifestation pacifique devant les locaux de l’hôtel de la paix pour faire entendre autrement nos voix .
Nous osons croire que vous ne ménagerez aucun effort pour une suite favorable à cette présente lettre ouverte.
Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.
 

Que Dieu bénisse le Togo.
 
Les délégués du personnel de l’hôtel de la Paix
 
KPADE Kodjo AMEGANVI Massan DOUVON Dodji
Cel : 92403565 Cel : 90097967 Cel : 90129285

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *