Liberté provisoire pour le commandant Amah Olivier


olivier-amah

Appelé à se pencher sur la demande de liberté provisoire du commandant Amah Poko la Cour d’appel de Lomé a finalement répondu favorable à cette demande des avocats du président de l’Association des victimes de tortures au Togo (ASVITTO).

Détenu depuis mai 2013 sous l’accusation de l’appel de l’armée à la rébellion, le commandant a passé plus de 9 mois en détention, plus de la moitié de la peine encourue. C’est ainsi que ces avocats ont introduit une demande en liberté provisoire rejetée en première instance par le tribunal de première instance. Le 05 février dernier, le report de la décision de report de la sentence avait entrainé des échauffourées entre les militants de l’opposition et les forces de l’ordre.

Au cours de ces affrontements onze personnes dont une vieille de 70 ans ont été arrêtés. Ce matin, l’ASVITTO avait organisé une conférence de presse pour exiger la libération de son président avant la semaine prochaine faute de quoi elle organisera un sit-in devant le ministère de la justice. Mais avec cette libération le sit-in ne sera plus possible. Commandant Amah Poko, ancien officier de l’armée togolaise avait été condamné pour complot contre la sureté intérieur de l’Etat.

A sa libération, il crée ASVITO et milite au sein du CST malgré les tentatives du pouvoir pour le faire changer de position. Sa liberté de parole pour un ancien officier est très craint dans les sérails du pouvoir. L’interview accordée à une radio de la place a été le prétexte pour l’embastiller.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils