L’OMS offre des médicaments contre le choléra, le ministère de la santé réagit par une réunion de crise

0
533

oms_aide_clolera

L’Organisation Mondiale de Santé (OMS) a offert samedi au ministère de la santé un lot d’intrants et de médicaments pour la prise en charge de l’épidémie de choléra diagnostiquée dans la région sanitaire de Lomé commune et de la préfecture du Golfe.

 

D’un coût total de 6,5 millions de francs CFA, ce lot doit permettre au ministère de circonscrire l’épidémie et de prendre en charge les malades, selon la représentante-résidente de l’OMS, Lucile Imboua.

 

« Le choléra est une maladie liée à l’hygiène. Il va sans dire qu’en dehors de la prise en charge des cas au niveau des structures sanitaires, les mesures d’hygiène sont de mise. C’est dans ce cadre que nous avons offert ce lot d’intrants et de médicaments pour la prise en charge », a confié Mme Imboua.

 

Ce lot est composé d’antibiotiques, d’intrants de désinfection de l’eau et aussi de supports de sensibilisation pour les communautés.

 

Quelques heures avant cette cérémonie de remise de ce lot au cabinet du ministère, une réunion de crise a eu lieu entre le directeur de cabinet, Bouwassi Datcha, tous les acteurs intervenant dans le domaine de la santé pour la prise des mesures « idoines » contre cette épidémie.

« Il y a quelques semaines, une épidémie de choléra a été diagnostiquée dans la région sanitaire de Lomé commune et du Golfe. Cette réunion de crise a consisté à rassembler tous les acteurs de la santé mais aussi de la société civile, des collectivités locales, de la mairie et de la préfecture pour essayer d’établir la chaîne de transmission de la maladie et situer les responsabilités de chaque par rapport à cette maladie. Nous voulons envisager des solutions appropriées », a indiqué le directeur de cabinet.

 

Pour le ministère de la santé, cette réunion est importante à plus d’un titre, notamment au moment où le Togo est en pleine fête de la bière et où les musulmans s’apprêtent à célébrer la fête de la Tabaski et surtout avec la rentrée scolaire 2013-2014 le 16 octobre prochain.

 

Au sortir de cette réunion, plusieurs mesures ont été prises avec la complicité des communautés à la base pour juguler cette épidémie.

 

« Concrètement, il est question d’identifier les regroupements pour la prise des mesures idoines au niveau des différents sites. Des actions d’éducation aussi bien envers les élèves et les femmes revendeuses de nourritures dans les écoles, envers la population dans les quartiers et les mosquées et des visites dans les écoles pour des mesures d’hygiène », a-t-il ajouté.

 

Ces mesures couvrent également le ministère de l’eau pour le traitement de l’eau de boisson.

 

Telli K.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

99 − = 95