Lutte contre la piraterie maritime : Des d’experts en sécurité maritime, formés pour quatre jours à Lomé


securite_maritime

Une quarantaine d’experts en sécurité maritime venant de différentes institutions du pays ont entamé ce lundi à Lomé, une formation de quatre jours axée sur le thème : « la sécurité maritime et la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée », a constaté une journaliste de l’Agence Savoir News.

C’est la troisième et dernière rencontre d’une série de séminaires visant à renforcer les connaissances juridiques des participants, en matière de droit de la mer, notamment sur tous les aspects de la lutte contre la piraterie maritime, un sujet d´importance pratique pour le Togo et la région.

C’est une initiative de la Fondation allemande Max Planck – institution très reconnue et expérimentée en droit – grâce au soutien financier du ministère des Affaires étrangères de la république Fédérale d’Allemagne et en étroite coopération avec les autorités togolaises.

Les travaux de ce séminaire ont été ouverts par le Colonel Yark Damehame, ministre de la sécurité et de la protection civile en présence de Joseph Weiss, l’ambassadeur d’Allemagne au Togo.

Les participants discuteront des aspects pertinents du droit de la mer au niveau international et national. Ils seront face à plusieurs études de cas pouvant leur servir de point de référence utile.

Durant cette rencontre, Professeur Alain Piquemal, Doyen de la faculté « institut du Droit de la Paix et du Développement » à l’Université Nice-Sophia Antipoli, présentera une communication axée sur « le rôle de la communauté internationale dans la lutte contre la piraterie au Golfe d’Aden ».

Les participants seront bien outillés sur les règlements nationaux de divers Etats en vue d’une comparaison juridique.

Plusieurs autres sujets seront abordés dont un exposé du Professeur Adama Kpodar sur les règlements togolais et leurs défis, et une présentation axée sur « les règlements de la lutte contre la piraterie au Bénin et la coopération du Bénin avec le Togo ». Ce dernier thème sera animé par M.Joël Aivo, Professeur agrégé des Facultés de droit à l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin).

Selon le ministre de la sécurité, c’est une rencontre d’échanges, et de cas concrets où les participants auront à travailler et à analyser les faits qui se sont produits ailleurs, à partir desquels ils auront à tirer des solutions aux problèmes qui se produiront peut être demain au Togo.

« Cette formation permettra aux acteurs d’être aptes à combattre la piraterie maritime dans nos eaux maritimes », a-t-il ajouté, précisant que la situation s’est améliorée ces derniers temps aux larges de nos côtes.

« Nous pouvons dire que la situation est bonne depuis août dernier où la gendarmerie a eu à neutraliser un groupe de pirates, qui sont aujourd’hui entre les mains de la justice », a mentionné le ministre.

« Le chef d’Etat a commandé des patrouilleurs qui seront livrés bientôt pour renforcer le dispositif actuel. Ce qui permettra à nos unités d’être encore plus performantes », a souligné le Colonel Yark.

L’ambassadeur d’Allemagne au Togo a surtout salué les « succès considérables » enregistrés par le Togo ces dernières années en matière de lutte contre la piraterie.

« Ce séminaire a pour but d’impliquer tous les acteurs dans tous les domaines de la sécurité maritime », a souligné M. Weiss.

Rappelons que la piraterie maritime a pris de l’ampleur ces dernières années, surtout dans le Golfe de Guinée. En 2012, 966 marins ont été attaqués dans cette zone. Au cours de la même année, 851 marins ont subi les mêmes attaques au large des côtes somaliennes, selon les récentes statistiques du Bureau maritime international (BMI).

Pour venir à bout de ces pirates, des chefs d’Etats d’Afrique centrale et occidentale ont opté en juin dernier, lors d’une réunion à Yaoundé (Cameroun), pour une « approche collective », afin de venir à bout des pirates.

Dans la droite ligne de cette rencontre, des chefs d’état-major de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) se sont retrouvés en août dernier à Lomé où ils ont planché sur le projet de création d’un Centre de coordination maritime qui va regrouper quatre pays : Bénin, Niger, Nigeria et Togo. FIN

En Photo : Des officiels à l’ouverture de cette formation

Ambroisine MEMEDE

 

Savoir News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils