Marc Vizy : le déni de bout en bout

0
600

L’ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy a fait ses adieux, hier, au Premier ministre Komi Sélom Klassou. Dans une déclaration faite à l’issue de l’audience, il s’est montré toujours complaisant à l’égard du régime.

L’ambassadeur de la République Française au Togo, Marc Vizy a rencontré, ce 09 septembre 2020, le chef du gouvernement Komi Sélom Klassou. En début d’après-midi, la Primature a tweeté : « Fin de mission diplomatique pour l’Ambassadeur de @FranceauTogo Marc Vizy. Il a fait ses adieux au PM @KSKlassou. Les discussions ont porté sur l’excellence des relations entre le Togo et @gouvernementFR. Pour M. Vizy, le #Togo a retrouvé une certaine tranquillité politique ».

A la sortie de l’audience avec le Premier ministre, l’ambassadeur a déclamé son amour pour le peuple togolais qui l’a accueilli en juillet 2017. «Je suis à la fin de mon mandat ici au Togo. D’ici la fin du mois je quitterai le Togo avec beaucoup de tristesse parce que le pays m’a beaucoup plu et je pense avoir passé un séjour amical et fructueux », a-t-il dit, saluant l’accueil très chaleureux à lui réservé par son hôte. Cette légendaire hospitalité, tous ceux qui passent au Togo le reconnaissent. Certains décident même de s’y installer définitivement pour toujours bénéficier de la chaleur de ce peuple qui ouvre volontiers ses bras à tous les étrangers. 

L’ambassadeur Marc Vizy et le Premier ministre ont passé en revue les relations entre le Togo et la France. Pour le premier, rapporte un confrère, « le Togo et la France sont des pays alliés et partagent des valeurs de liberté et de lutte contre le terrorisme avec un intense partenariat sur le plan sécuritaire avec la formation des agents des forces de l’ordre et de défense, mais aussi l’engagement des entreprises françaises dans l’économie togolaise et l’Agence française de développement qui est proche des populations surtout rurales à travers des projets d’infrastructures sociales de base ». Le diplomate a également évoqué avec Komi Sélom Klassou l’actualité politique du pays, surtout depuis son arrivée sur la Terre de nos aïeux. Les deux personnalités ont fait une rétrospective des événements qui se sont passés vers la fin 2017, notamment les manifestations populations contre le régime cinquantenaire des Gnassingbé. L’ambassadeur a estimé que ce sont des événements qui se sont finalement traduits par une série d’élections législatives, municipales et présidentielle. « Aujourd’hui, a-t-il dit, le pays a retrouvé une certaine tranquillité politique», a déclaré Marc Vizy qui a toujours réduis la crise sociopolitique au Togo à des turbulences politiques.

En fait, c’est en substance le rapport que va faire l’ambassadeur sur son passage au Togo. Un pays au bord de l’implosion en 2017, qui a connu des grandes manifestations, mais qui a retrouvé la paix suite aux différentes élections. La question des violences impunies exercées sur les populations, l’utilisation des milices par le régime, les scandales financiers et l’assassinat de militaires, etc. vont être passés sous silence. Marc Vizy ne dira pas non plus que la contestation du pouvoir en place est toujours d’actualité et qu’un candidat nommé Agbéyomé Kodjo réclame toujours la victoire à la présidentielle de février 2020, et procède à des nominations d’ambassadeurs près de certains pays dont la France.

Le déficit démocratique constaté sous Marc Vizy se manifeste également par la restriction de l’espace d’expression des Togolais. Le 7 août 2019, l’Assemblée nationale a adopté une nouvelle loi restreignant le droit de manifester. Les manifestations ne peuvent avoir lieu qu’entre 11 heures et 18 heures. Le texte interdit également de manifester sur les routes nationales, dans les zones à forte activité économique, aux alentours des institutions de la République, des chancelleries, des résidences des représentants d’organisations internationales et des camps militaires. En d’autres termes, il est interdit de manifester au Togo. C’est également durant le séjour du diplomate et à sa demande que des journaux ont été suspendus par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac). Leur « crime », avoir dénoncé la complaisance de la France vis-à-vis de la dictature au Togo. Un bilan effroyable pour la toute première mission de Marc Vizy en tant qu’ambassadeur.   

Dans notre parution N°3222 du 1er septembre 2020, nous avons informé nos lecteurs du changement qui s’opère au niveau de la mission diplomatique de la France au Togo. Nous avons indiqué que le prochain ambassadeur de la France au Togo pourrait être une femme, en la personne de Mme Jocelyne Caballero, conseillère des affaires étrangères, ambassadrice à Andorre, ancienne ambassadrice représentante permanente de la France auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg, entre autres. Nous espérons que la diplomate saura utiliser les bons mots pour faire comprendre à qui vous savez que les rallonges interminables sont sources de conflits comme l’a souligné le Nigérian Muhammadu Buhari ; ce que son devancier, trop frileux, n’a jamais osé dire.

G. A. / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

42 − = 32