Me Apévon parle de réconciliation impossible au CAR et rejette la main tendue de Nador Awuku


apevon_500x400


C’était un secret de polichinelle que Me Paul Dodji Apévon allait créer son propre parti. Longtemps dans les starting-blocks, l’idée de cette formation politique fait de plus en plus son chemin. Le principal concerné (très discret sur le sujet depuis le début de la crise) vient de confirmer la rumeur au micro de Radio France Internationale (RFI). « Ne soyez pas surpris demain si vous apprenez que nous lançons un nouveau parti. C’est possible. Nous sommes en pleine réflexion et je crois que là où nous sommes arrivés aujourd’hui, la réconciliation n’est plus possible. Portés par les événements, nous sommes nous aussi obligés d’aller à quelque chose de ce genre », a-t-il laissé entendre.
 
Au même moment, le bureau provisoire du CAR, dirigé par Nador AWUKU (photo) multiplie les signes d’apaisement et de rapprochement à l’endroit de l’ancien président et ses soutiens. Dans un message adressé tôt dans la matinée de mardi, le président du bureau provisoire appelle les « dissidents » à reprendre leur place au sein du CAR. « Les dissidents n’étant pas exclus du parti, ils peuvent toujours rentrer dans les rangs. Nous sommes disposés à les accueillir sans ressentiments. Prendre acte de ce bel acte posé par les fédérations n’est que faire preuve d’honnêteté intellectuelle et morale. Il reste de leur part un dernier acte à prendre, revenir à la maison », écrit celui-ci. Il n’oublie toutefois pas de revenir sur les circonstances ayant conduit les présidents fédéraux du CAR à décider de la mise en place d’un bureau provisoire chargé de préparer le prochain congrès.
 
« Depuis le 22 octobre 2016, le CAR notre parti a pris un nouveau départ sous ma direction par la volonté largement exprimée de l’ensemble des 36 fédérations que compte notre parti au Togo. Jouissant de cette légitimité, j’ai depuis lors commencé à agir au nom du parti en ma qualité de président national par intérim », fait-il noter avant de conseiller à ceux-ci, la démission à défaut afin de se conformer aux dispositions légales en vigueur au Togo.
 
Du côté de Me Apévon, on fustige ces « micmacs » répétitifs raison pour laquelle, insiste-t-il, ceux qui sont avec lui ont décidé de « réfléchir eux aussi pour aller dans quelque chose qui peut les regrouper et leur permettre de réfléchir aux problèmes de la nation (sic) ».
 
Au regard de ces deux positions tranchées, il est peu probable de voir les deux camps antagonistes dans la crise au sein du CAR fumer le calumet de la paix et se retrouver pour regarder dans la même direction. En tout cas, pour Me Paul Dodji Apévon, la « réconciliation n’est plus possible au CAR » entre lui et son mentor Me Madji Yawovi Agboyibo.
 
A.Y.
 
source : afreepress