Me Apévon, suite à la défaite de l’Ufc aux législatives, « En sa période de gloire, Gil a méprisé tout le monde »

0
514

apevon-dodzi


Invité sur le site icilomé.com, Me Dodzie Apévon, Président du parti politique Car, a répondu aux nombreuses préoccupations des internautes sur la vie socio-politique du Togo.
Suite aux différentes attaques avant la rentrée parlementaire entre la Coalition Arc-en-ciel et le Collectif Sauvons le Togo, tous deux de l’opposition, Me Apévon rassure que les élus de la Coalitions Arc-en-ciel ne vont pas à l’Assemblée Nationale pour agresser qui que ce soit, mais ils défendront avec fermeté et vigueur leur position malgré leur nombre. L’ambiance sera donc chaude en cas de besoin, a-t-il ajouté.

 
Sur la débâcle de l’Union des forces de changement, Me Apévon trouve la cause dans le comportement des dirigeants de ce parti, en l’occurence son Président Gilchrist Olympio qui subit le revers de la médaille. Car, « Dans cette période de gloire, il a méprisé tous les autres responsables de partis politiques et les a souvent traités de collaborateurs du régime. » dit-il.
 
Voici quelques réponses de Me Apévon aux internautes.
 
« Les Etats-Unis encouragent la nouvelle Assemblée nationale à entreprendre, dans un esprit de coopération, les tâches importantes de renforcement de la démocratie au Togo et à assurer un avenir plus prospère au peuple togolais » Robert Whitehead in iciLome.
 
Ces déclarations sous-entendent elles que la communauté internationale espère forcement les députés élus d’aller à l’Assemblée ou devons-nous plutôt espérer un boycott ?
 
Quelle athmosphère pouvons-nous espérer à l’Assemblée aujourd’hui par rapport à l’incident du 18 novembre 2010 au cours duquel le député OURO-AKPO Tchagnaou de l’ANC a tenté d’agresser le président de l’ancienne l’assemblée Mr Abass bonfoh ?
 
Je voudrais d’abord remercier tous les internautes, compatriotes togolais ou étrangers qui s’intéressent à la situation socio-économique et politique de notre pays à travers les préoccupations qu’ils expriment à travers les questions posées.
 
Pour revenir à la question, je voudrais simplement dire que la mission d’un élu à la suite des élections législatives est de représenter les populations qui lui ont donné leur suffrage. En clair, il sera anormal d’obtenir le suffrage des populations et de refuser ensuite de siéger à l’Assemblée Nationale.
 
Les élus de la Coalitions Arc-en-ciel ne vont pas à l’Assemblée Nationale pour agresser qui que ce soit, mais ils défendront avec fermeté et vigueur leur position malgré leur nombre. L’ambiance sera donc chaude en cas de besoin.
 
Vous êtes un bon leader et nous saluons vos efforts, à vous voir défendre les citoyens togolais quels que soient leurs appartenances politiques. Surtout défendre Jean Pierre Fabre dans le dossier des incendies a été mémorable.
 
Merci !
 
Depuis le déclenchement du processus pour la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, j’ai résolument opté d’être aux côtés de tous les opprimés du pouvoir quel que soit leur bord d’appartenance politique ou ethnique. C’est ainsi que j’ai été amené à défendre depuis 1990 plusieurs détenus politiques, des journalistes, et autres personnes injustement accusées. Pour moi, apporter un soutien judiciaire à des compatriotes en détresse est un sacerdoce. Que Dieu nous aide à poursuivre ce combat dans l’abnégation jusqu’à l’avènement d’un nouvel ordre politique dans notre pays.
 
Quelle leçon tirez- vous de la défaite de l UFC ? Quels sont vos conseils pour tous ?
 
Le leader de l’UFC a été pendant des années adulé par les populations togolaises. Dans cette période de gloire, il a méprisé tous les autres responsables de partis politiques et les a souvent traités de collaborateurs du régime. Mais il n’a pas compris que chaque médaille a son revers et qu’à force de dresser les populations contre les autres, celles-ci finiront par prendre goût au formatage au point de réserver le même sort à celui qui les a conditionnées.
 
La défaite de l’UFC doit donner une grande leçon à tous les leaders qui se complaisent dans le dénigrement des autres et dans l’auto-suffisance car, tôt ou tard, ils seront rattrapés par leur manque d’humilité et récolteront inévitablement ce qu’ils ont semé.
 
La question est de savoir quelle leçon l’opposition togolaise tire de cette énième élection ? Y a-t-il espoir pour une stratégie commune future pour l’opposition ? Fera-t–elle les choses différemment ?
 
Quelle lecture faites- vous de la population votante au Togo et quel est le travail de reconquête qui reste à faire ?
 
Les élections législatives qui viennent de se dérouler ont été caractérisées par une impréparation criarde de la CENI, totalement inféodée au régime en place. Les fraudes massives et autres anomalies décelées le jour du scrutin sont les conséquences de cette impréparation. Profitant de cette situation qu’il a lui-même créée et entretenue, le pouvoir RPT/UNIR a réussi par les intimidations et les achats massifs de consciences, même le jour du vote, à obtenir 62 députés avec seulement 850000 voix.
 
Mais ce résultat qui a sérieusement choqué tous les Togolais est surtout dû à l’éternelle division de l’opposition. On ne peut en effet comprendre que malgré les incessants appels des populations à l’unité d’action de l’opposition et les démarches que nous avions entreprises à cet effet, nous n’ayons pas réussi à présenter des candidatures communes. Comme tous les Togolais, je ne suis pas fier de ce qui est arrivé, même si certains parmi nous sont satisfaits d’avoir atteint leurs objectifs.
 
L’union de l’opposition est un passage obligé pour vaincre l’hydre RPT/UNIR, mais encore faut-il que tous les responsables politiques en soient conscients et acceptent de sortir de leur nombrilisme afin d’œuvrer comme de vrais politiques pour atteindre ce résultat tant attendu par le peuple. Les Togolais qui veulent le changement sont majoritaires. Il suffit de les remotiver en posant les actes responsables qu’ils souhaitent.
 
NB : Ces réactions sont actuellement consultables sur le www.icilome.com dans la Rubrique « LEADER A L’ECOUTE » qui reçoit après Me Apévon Dodji, le Vice-président de UNIR.
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

10 + = 18