Accueil ECONOMIE Menace sur la rentrée scolaire : Les Normaliens demandent au gouvernement de...

Menace sur la rentrée scolaire : Les Normaliens demandent au gouvernement de normaliser leur situation avant la reprise

- Advertisement -

Solitoki_Esso_500


Des sit-in sont prévus à compter du 24 septembre prochain
 
11 mois sans salaire ! Difficile de joindre les deux bouts. Les instituteurs de l’Ecole normale en ont ras-le-bol. Ils demandent au gouvernement de normaliser leur situation avant la rentrée prochaine, sinon…D’ailleurs ils envisagent des sit-in à compter du 24 septembre prochain pour se faire entendre.
 
Les Normaliens sont des enseignants sortis de l’École Normale d’Instituteurs (ENI) et déployés sur le terrain. Pour les 1343 de la promotion 2011-2012, la vie est devenue cauchemardesque. 11 mois sans salaire ! Un Normalien raconte leur quotidien : « Un collègue qui ne pouvait pas revenir chez lui à Akébou parce que n’ayant pas d’argent, a pris finalement un bus à l’aide d’un prêt pour rentrer. Malheureusement le bus a fait accident le lundi 12 août 2013 et il était parmi les 5 morts. C’est dire que nos conditions sont déplorables. Sachez que nous n’avons rien comme sou pour survivre. Nous voulons que nos employeurs nous écoutent et nous payent par virement bancaire et non dans les Trésors de préfectures ».
 
En effet, depuis leur prise de fonction en novembre 2012, ces Normaliens sont restés sans salaires, sans leur rappel de 6 mois. Des démarches ont été entreprises. Des rencontres avec les autorités en charge de l’éducation ont eu lieu. Mais toujours rien, sauf des promesses non tenues. Après plusieurs mouvements d’humeurs observés devant les locaux du ministère des Enseignements primaire, secondaire et de l’Alphabétisation (L’Alternative n°258), c’est seulement le 20 août dernier qu’une avance de trois (03) mois sur rappel de salaire leur a été versée au niveau des Trésors préfectoraux. «Le même jour, ces avances ont servi seulement au remboursement des prêts par-ci par-là, au paiement des loyers. Car nos créanciers, les propriétaires de maisons…sont à nos trousses. Nous ne sommes pas des contractuels, nous voulons nous aussi évoluer; donc qu’on ne nous morcelle pas les rappels. Personne ne pourra faire des prêts aux Trésor de préfectures pour accomplir ses projets », peste un Normalien.
 
Pour le gouvernement, c’est le traitement des dossiers qui retarde le payement. En effet, avant, les Normaliens sortaient nantis du Certificat de Fin d’Étude d’École Nationale d’Instituteurs (CFENI). Mais en 2010, le gouvernement a changé l’ancien certificat par le diplôme d’Aptitude à la Fonction enseignante (CAFE). Et c’est ce nouveau certificat qui a été délivré aux Normaliens de la promotion 2011-2012. Mais le gouvernement évoque une confusion et dit ne pas être au courant du CAFE. Une situation que le ministère entend régler avant tout versement, à en croire une source proche du dossier. Aux dernières, nouvelles le Directeur général de la dite institution serait à pied d’œuvre pour régulariser la situation. Mais ça prend du temps.
 
En tout cas pour les Normaliens, cela n’est pas de leur faute. Ils exigent que leur situation soit normalisée et leurs dus versés avant la rentrée prochaine. De l’électricité dans l’air donc.
 
A l’issue d’une réunion tenue en fin de semaine dernière à Lomé, l’Union des Normaliens Promotion 2011-2012 (UNP) exige le virement immédiat et sans condition du reste des rappels. Dans une correspondance qui tient lieu de plateforme revendicative, les Normaliens donnent une semaine à l’Exécutif pour agir. Sans quoi, ils appelleront à des sit-in à compter du mardi 24 septembre prochain devant les locaux de leur ministère de tutelle jusqu’à satisfaction totale.
 
Pierre-Claver KUVO
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

39 + = 44

LES + LUS

Togo : Alerte, Du Sucre en poudre Toxique sur le marché !

Les consommateurs togolais mangeraient de plus en plus de produits aux dates dépassées qui inondent nos marchés....

Togo : Retour sur une gestion polémique : André Johnson et le projet des 16 milliards

Ancien ministre de l’environnement, aujourd’hui député au Parlement, André Johnson, a été cité en novembre 2018 sur...

Togo, Horizon 2020 : Des pistes pour mettre le RPT-UNIR dans l’opposition

Silencieuse, presqu’aphasique, l’opposition traditionnelle a disparu de la scène politique togolaise depuis les dernières élections municipales qui...

Togo, Justice : Deux jeunes accusés de vol au supermarché Ramco du carrefour Bodjona, le 6ème substitut du Procureur Philippe Gamatho délivre des mandats...

le 6ème Substitut du procureur, Philippe Gamatho | Archives : DR/La Nouvelle Les citoyens sont-ils entendus...

Présidentielles en 2020/ Togo-Guinée-Côte d’Ivoire : Trois pays à risques

photo@L'Alternative  La période 2020-2021 verra une concentration d’élections présidentielles en Afrique de l’Ouest. Une demi-douzaine de pays...