samedi 27 février 2021

MMLK / L’emploi dans les centres de cybercafé au Togo : une forme d’exploitation et d’esclavage des temps modernes


Un des Cybercafé à Lomé
Un des Cybercafé à Lomé



 
Le Mouvement Martin Luther KING- La Voix des Sans Voix dénonce les conditions de travail et de vie des employés dans les centres cybercafé du Togo et exige des employeurs le respect du code du travail.
 
Il n’est de secret pour personne que la plupart des employeurs surtout dans le secteur privé, ne se conforment pas à la législation sociale en vigueur violant impitoyablement les droits des employés. Ces derniers à la quête du travail à cause du chômage, acceptent malgré eux, s’exercer dans ces conditions et s’exposent à la misère et à la mendicité de portée exécrable. Aussi, la majorité méprennent et ignorent –ils les avantages qui leur sont conférés par le code du travail et la Convention collective interprofessionnelle. Dans ce cadre indécent et défavorable, les Togolais travaillent non pas pour acheter un mouton mais pour être un mouton. Les cas sont légions et l’emploi dans les centres Cyber Café ne se dérobe pas à cette triste réalité
 
En effet, le MMLK, dans sa vision citoyenne et humanitaire de veiller au respect de la dignité et des droits pour tous conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’homme, s’est intéressé à l’emploi dans les centres cybercafé. Il ressort à l’unanimité malgré quelques exceptions qu’il s’agit d’un domaine abandonné par la direction du travail et des lois sociales où les employeurs font la loi et la défont au détriment des employés. C’est purement et simplement une forme d’exploitation et d’esclavage des temps modernes. Le constat est triste : il n’y a pas de contrat de travail, donc pas de déclaration à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, ni bulletin de paye, ni de sécurité sociale ,ni d’assurance, ni de primes ,le salaire est en dessous de 35.000F (SMIG) ,ils travaillent plus de 8 heures par jour . Dans certains centres, l’employé est à la fois technicien maintenancier, coursier et gardien (pour ouvrir le garage au patron et à sa femme).
 
Le MMLK déplore cette forme d’exploitation et d’esclavage des temps modernes savamment orchestrée par propriétaires des centres cyber café et appelle instamment les employés à se constituer en une association ou syndicat organisé pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.
 

Le Président,
 
Pasteur EDOH K.KOMI

 
mmlk_500x90
BP 12473 Lomé – Togo, Tél : (+228) 23 20 90 90 / 22 32 55 72 Cel : (+228) 99 47 35 84 / 90 041725 Email :komiedohkossi@yahoo.com;maluking662@yahoo.com
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *