DSK: Ce que l’on sait sur Nafissatou Diallo

DSK aurait refusé de payer Nafissatou Diallo.

Est-ce une prostituée ?
Le New-York Post révèle samedi 2 juillet que la Guinéenne serait en fait « une prostituée » payée par des pourboires exorbitants. Selon la source du tabloïd, elle ferait partie d’un réseau de prostitution existant au sein de la communauté guinéenne. La même source affirme qu’elle vivrait bien au dessus de ses moyens, grace à des dépenses « prises en charges par des hommes ne faisant pas partie de sa famille ».
La journal à scandale ajoute dimanche 3 juillet que la femme de chambre serait entrée sciemment dans la chambre du président du FMI, sachant qu’il faisait partie des « riches clients » de l’hôtel. Le fait qu’il y ait eu relation sexuelle n’est contesté par personne mais le quotidien donne des précisions sur la suite.
Ses sources affirment que Nafissatou aurait réclamé de l’argent à DSK, qui aurait refusé. Elle aurait alors insisté un moment et aurait pu être bousculée durant cet échange.
Les informations de ce journal à scandales semblent cependant provenir en grande majorité d’enquêteurs travaillant pour la défense de DSK qui tentent d’obtenir au plus vite l’abandon des poursuites en jetant le discrédit sur la jeune femme.
Elle est mariée à un dealeur
Selon des révélations du Journal du dimanche du 3 juillet, le dealeur à qui Nafissatou Diallo, 32 ans, a téléphoné en prison le lendemain de l’arrestation de DSK s’avère être son second mari.
Le trafiquant serait gambien et avait été arrêté en possession de 180 kg de marijuana. Elle l’a épousé religieusement il y a un peu plus d’un an, selon le journal, qui précise que « le mariage n’a pas encore été transcrit dans les registres d’état civil américains ».
– La descendante d’érudits musulmans ?
C’est ce qu’affirme le frère de la plaignante, Mamadou Dian Diallo, qui a catégoriquement rejeté les récentes révélations du New-York Post. « C’est archi-faux. Nous sommes des descendants d’érudits musulmans très pieux, a-t-il déclaré, nous ne pouvons pas nous laisser emporter par le gain facile de l’argent. »
Elle a inventé avoir été victime d’un viol collectif
Lors des entretiens lié à l’affaire DSK, la plaignante avait donné des détails de sa précédente agression dans son pays natal.
Mais dans une lettre de Cyrus Vance adressée aux avocats de la défense jeudi 30 juin, le procureur révèle que la jeune femme est revenue sur ses allégations: « Dans des entretiens ultérieurs, elle a admis que le viol collectif n’avais jamais eu lieu, (…) que ce faux incident faisait partie de l’histoire qu’elle devait mémoriser. »
Elle a falsifié sa demande d’asile
Lors de sa demande d’asile en 2004, la jeune Guinéenne avait affirmé qu’elle et son mari avaient été persécutés par le pouvoir guinéen.
Dans sa lettre, Cyrus Vance contredit également ces faits. La plaignante a avoué avoir fabriqué sa demande d’asile avec l’aide d’un homme qui lui avait fourni une cassette enregistrée des faits, qu’elle a mémorisés. Son premier mari serait en fait mort en Guinée d’une « longue maladie avant sa venue.
Elle a falsifié ses déclarations d’impôts
Selon le procureur, Nafissatou Diallo aurait également falsifié ses déclarations d’impôts en déclarant à sa charge l’enfant d’une amie en plus de sa propre fille adolescente. la jeune femme a ensuite reconnu avoir aussi manipulé ses revenus dans le but d’obtenir un logement social.
Elle n’est pas pauvre
Les enquêteurs ont découvert que la plaignante disposait de plusieurs comptes bancaires sur lesquels ont transité près de 100.000 dollars en deux ans. Quand ils l’ont interrogée sur l’existence de ces dépôts, Nafissatou Diallo a déclaré n’en rien savoir. Sauf que l’une des personnes ayant déposé du liquide sur ces comptes s’avère être le dealeur emprisonné. Son mari, donc. Elle serait également en possession de cinq téléphones portables, elle qui avait déclaré n’en avoir qu’un seul.
Elle a nettoyé une autre chambre avant de dénoncer DSK
Dans les semaines suivant les faits, la jeune femme avait raconté à plusieurs reprises, y compris sous serment, s’être réfugiée dans le couloir de l’hôtel pour attendre que son agresseur présumé sorte de la chambre avant de dénoncer l’homme à son supérieur.
Dans le courrier de jeudi 30 juin, le procureur Cyrus Vance reconnaît avoir eu un récit erroné de Nafissatou Diallo : « La plaignante a reconnu que son récit était erroné et qu’après l’incident dans la suite 2806, elle avait nettoyé une chambre voisine puis était retournée dans la suite (de DSK) avant de rapporter l’incident à son supérieur ».
Elle a cherché à tirer parti du scandale
C’est l’information qui a bouleversé le déroulement de l’affaire. Moins de 24h après le scandale, la jeune Guinéenne a passé un coup de téléphone au trafiquant emprisonné qui était placé sur écoute.
Après avoir traduit la bande, les enquêteurs découvrent un nouveau visage de la jeune plaignante. « Ne t’inquiète pas, je sais ce que je fais », « ce type a plein d’argent », depuis le 1e juillet, Nafissatou Diallo n’est plus une oie blanche pour personne.
source: Louise Pothier – Le Nouvel Observateur