Mouvement d’humeur des élèves et écoliers : Le ministre Solitoki lance un appel au calme

0
290

Solitoki_Ecole


Après avoir gardé un long silence sur la situation en cours dans les établissements d’enseignement public, le ministre des Enseignements primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, Solitoki Magnim Esso vient de rompre le silence par un message diffusé sur la télévision d’État ce jeudi au journal de 20 heures. Pour celui qui est en charge du portefeuille des Enseignements primaire, secondaire et de l’alphabétisation, les troubles enregistrés les 10 et 11 avril au sein des écoles au Togo ne sont rien d’autre que l’œuvre d’« individus mal intentionnés ». « Ne cédez pas aux manipulations d’individus mal intentionnés », c’est le conseil qu’a prodigué l’ancien Secrétaire général du RPT aux élèves et écoliers du Togo.

Depuis quelques jours, a rapporté Solitoki Esso dans son message, les cours sont perturbés dans les établissements scolaires de l’enseignement général et de l’enseignement technique public par des mouvements de grève lancés par les travailleurs du monde syndical. Ces derniers jours, précise-t-il, « ces mouvements ont pris une autre tournure. Il a été observé des manifestations d’élèves sur la voie publique et même des intrusions d’individus cagoulés et armés de machettes au CEG de Hangoumé dans la préfecture des Lacs pour déloger les élèves et les enseignants en plein cours », indique l’homme tout en fustigeant la « psychose » crée auprès des élèves par les menaces d’annulation des épreuves d’éducation sportive par les professeurs avec à la clé, une note de zéro destinée à tous les candidats. « Je tiens à rassurer toute la communauté éducative que toutes ces informations sont dénuées de tout fondement et n’ont pour but que d’entretenir un climat délétère au sein du monde éducatif au moment où les discussions sont en cours avec les travailleurs du monde syndical », a martelé le ministre.

À cet égard, celui-ci a tout particulièrement exhorté les élèves à « sursoir à leurs manifestations de rue » qui, selon lui, sont le plus souvent infiltrées par des personnes qui se livrent à des « vandalismes ». Il a, pour finir, invité les parents d’élèves à « tout mettre en œuvre pour exhorter leurs enfants au calme ».

Les élèves et écoliers des établissements publics sont depuis deux jours dans les rues pour, disent-ils, dénoncer l’absence de leurs professeurs à leurs postes, mais aussi, manifester leur soutien aux côtés de ces derniers qui revendiquent des avantages sociaux.

Olivier A.

afreepress

Laisser un commentaire