vendredi 26 février 2021

OBUTS conteste à l’ANC sa place de leader de l’opposition


Agbeyome-kodjo-500x290


L’Alliance nationale pour le changement (ANC), parti politique de l’opposition togolaise, dirigé par Jean-Pierre Fabre, n’est pas le leader de l’opposition. En tout cas, cette affirmation est celle de Paul Missiagbéto, président national de la jeunesse de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS).
 
Pour le président des jeunes d’OBUTS de l’ancien premier ministre, Agbéyomé Kodjo, pour être leader, il faut nécessairement qu’un parti politique prenne part à une élection sous sa propre bannière.
 
« L’ANC, depuis sa création, n’a jamais été aux élections en tant que parti politique. Elle a été aux élections législatives de juillet 2013 sous la bannière du Collectif Sauvons le Togo (CST) et c’est là où elle a trouvé des députés pour qui les militants des partis politiques qui forment le collectif ont voté », a déclaré ce lundi le président de la jeunesse solidaire sur la radio Victoire FM.
 
De plus, a-t-il ajouté, pour être leader, un parti politique doit être « rassembleur », une qualité que le parti de Jean-Pierre n’a pas, selon lui.
 
A la différence de l’ANC, OBUTS estime désormais qu’ « aucun parti politique au Togo ne prendra le pouvoir par un combat frontal ».
 
Pour justifier cette position, le jeune « solidaire » table sur la « force » et les « moyens » dont dispose le parti au pouvoir qui, a-t-il souligné, est cinquantenaire.
 
Le collectif nommément cité par M. Missiagbéto avait regroupé plusieurs partis politiques dont l’ANC et OBUTS et des organisations de défense des droits de l’homme et de la société civile. Aux lendemains des législatives de 2013, OBUTS a claqué les portes du collectif.
 
Depuis ce temps, les relations entre les deux (2) partis e l’opposition, même si elles ne sont pas « conflictuelles » comme l’a souligné le représentant d’OBUTS, elles ne sont pas pourtant pas gaies. Au dernier congrès que le parti OBUTS a tenu avant l’élection présidentielle du 25 avril 2015, Agbéyomé Kodjo avait demandé que Jean-Pierre Fabre descende de son piédestal pour permettre à l’opposition de dégager un candidat qui puisse véritablement faire face à celui du pouvoir. Cette proposition n’a pas reçu un écho favorable.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *