OSIWA épingle le Togo


osiwa


Selon le rapport de « La mobilisation des ressources domestiques en Afrique de l’ouest : opportunités manquées’ » présenté le vendredi 10 juillet par l’Organisation non gouvernementale ivoirienne Open Society Initiative pour l’Afrique de l’Ouest (OSIWA), les flux financiers illicites hors CEDEAO du Togo entre 2002 et 2012 sont de 18 milliards de dollars, a appris l’Agence de presse Afreepress.
 
Les flux financiers illicites (FFI) et les fuites de capitaux sont les opportunités manquées pour régénérer des revenus dont ont besoin les pays pour les secteurs clés en vue du développement de leurs économies et de l’affermissement de la protection sociale.
 
Selon ce même rapport, le Togo vient après la Côte d’Ivoire et leNigéria avec respectivement 23 milliards et 142 milliards. « La Côte d’Ivoire, le Nigéria et le Togo sont les pays les plus infectés en Afrique de l’ouest en terme de volume total, représentant près de 87% du total des flux financiers illicites hors de la CEDEAO entre 2002 et 2011 », a déclaré Ibrahima Aïdarale responsable programme de la gouvernance économique à OSIWA.
 
Pour le responsable de la gouvernance économique, c’est une énorme perte pace que ces fonds sont nettement suffisants pour financer le Document de stratégie de réduction de la pauvreté de la CEDEAO puisque même « Sans manipulation des prix de transferts, les Etats de l’Afrique de l’ouest auraient pu percevoir 15 milliards de dollars supplémentaires de recettes fiscales entre 2012 et 2014 », a t-il commenté.
 
Malgré ce faux bond, le Togo peut tout comme les autres Etats se remettre de ces flux financiers illicites s’il renforce sa coopération et harmonise ses régimes d’incitation fiscale à fin de réduire sa vulnérabilité.
 
Denise A.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *