Pascal Adoko à propos de Kodjona Kadanga : « Le zèle qu’il développe est un zèle pernicieux… »

0
361


La Commission électorale nationale indépendante (CENI) continue sa course effrénée dans la préparation unilatérale des prochaines élections législatives. Malgré les appels ici et là à l’endroit du Prof Kodjona Kadanga, ce dernier fait fi de la feuille de route de la CEDEAO et fonce droit dans le mur. Dans une interview accordée à nos confrères de L’Indépendant Express, Pascal Adoko, Secrétaire général adjoint, chargé des Affaires politiques à la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) a indiqué que la Coalition des 14 attend la décision de la CEDEAO.
A l’en croire, il n’est pas question que la Coalition des 14 ou un parti membre envoie des représentants à la CENI et dans les CELI. Il faut que, conformément à la feuille de route, cette institution en charge de l’organisation et de la supervision des élections au Togo soit complètement recomposée. « La CENI sera recomposée de façon paritaire. Le nombre de personnes issues de la C14 sera le même que du côté de UNIR. Et nous désignerons ensemble un président », a-t-il affirmé.
Il ne reconnaît d’ailleurs pas l’actuelle CENI dont le président se permet de défier les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO. « Nous ne l’avons jamais reconnu. On ne la reconnaîtra jamais. Nous n’allons pas, pendant un an, manifester pour équilibrer le jeu politique, avoir les conditions favorables pour aller à des élections transparentes et justes, et se faire couillonner de nouveau de cette manière », a averti Pascal Adoko.
Pour lui, le Prof Kodjona Kadanga doit arrêter ces dangereuses. activités qui se déroulent à la CENI. « Nous ne savons même pas ce qui fait pousser des ailes à M. Kadanga. Je voudrais tout simplement dire que le zèle qu’il développe est un zèle pernicieux et fauteur de trouble dans le pays. Nous avons une feuille de route qui est sortie. Pourquoi il se montre plus royaliste que le roi ? Il veut aller où ? Plonger le pays dans le désarroi ? On m’a fait comprendre que M. Kadanga serait un intellectuel, mais moi ça me surprend », a souligné M. Adoko.
Les élections, a-t-il poursuivi, ont toujours causé des problèmes dans ce pays. C’est pourquoi il faut travailler ensemble sur les conditions d’organisation de ces élections. C’est dans ce sens que la feuille de route de l’institution communautaire a été élaborée pour sortir le Togo de ce cycle infernal élections-contestations-violences.
« Il (Ndlr, Kodjona Kadanga) sait très bien que ce sont les élections qui posent problème au Togo. Mais comment est-ce que le problème peut encore créer un autre problème ? Mais qu’est-ce qui est en train de l’aiguillonner pour faire ce qu’il est en train de faire. Il est en train de semer la confusion, et venant d’un intellectuel comme lui, je suis profondément déçu. Et aujourd’hui, je peux dire sans ambages qu’il n’est pas digne d’être l’arbitre des prochaines élections au Togo », a regretté le Secrétaire général adjoint de la CDPA.µ
Selon lui, le régime de Faure Gnassingbé ne veut pas résoudre la crise politique au Togo. C’est ce qui explique les agissements de la CENI bancale qui refuse d’arrêter le processus. « Ils n’ont qu’à nous dire qu’ils ne veulent pas régler la crise et qu’ils sont dans la logique de la fuite en avant. Et là, on comprendra, mais pour le moment moi je ne comprends pas et je suis même surpris de ce zèle pernicieux qui est de nature à créer la confusion dans le pays et ce ne sera pas en son honneur », a-t-il dit.
Et porter la responsabilité au président de la CENI, de ce qui pourrait advenir si son institution (à l’état actuel) continue cette course dangereuse. « Je voudrais même dire à ce président de CENI, si tant est que l’initiative vient de lui, il sera responsable de ce qui adviendra dans le pays. Mais si c’est d’autres commanditaires qui sont derrière lui, il n’a qu’à savoir que vu son niveau, il doit avoir de la personnalité et qu’il ait la capacité de dire non à ce qui n’est pas bon ».
I.K
 
icilome
 

Laisser un commentaire