Mort de Whitney Houston: L’enquête s’oriente sur la piste des médicaments

La chanteuse a été retrouvée morte dans sa baignoire dimanche…
Dans la chambre d’hôtel où Whitney Houston est morte, les enquêteurs ont trouvé des médicaments. Rien d’«extraordinaire»: des prescriptions, «plutôt normales», déclarait lundi Ed Winter, porte-parole du département de médecine légiste du comté de Los Angeles. «J’ai moi-même plus de médicaments que ce que l’on a trouvé dans sa chambre», avait-il ajouté.
L’enquête s’oriente pourtant sur la piste de ces médicaments. Selon la police, les détectives ont terminé leur enquête dans la chambre, mais continuent d’interviewer des gens en attendant les résultats des tests toxicologiques, rapporte le Los Angeles Times.
La thèse de l’homicide écartée
Dans le cas de la mort de Michael Jackson, les tests effectués et l’autopsie ont souligné qu’une prise de Propofol avait été fatale, conduisant à la thèse de l’homicide, et à l’accusation du docteur Conrad Murray, qui avait administré l’anesthésiant en question.
Selon la police de Beverly Hills, la mort de Whitney Houston n’est pas considérée comme un cas d’homicide potentiel.
Un débat de santé publique
Avec la mort de Whitney Houston, qui pourrait donc être imputée à une prise abusive de médicaments, c’est un débat de santé publique qui s’enclenche aux Etats-Unis.
Selon les centres américains pour le contrôle et la prévention médicale, environ 20.000 personnes sont mortes d’overdose en 2007, soit un décès toutes les 19 minutes. Dont une part grandissante d’overdoses de médicaments obtenus sur prescriptions. L’abus de ces médicaments est aujourd’hui le problème de drogue à la croissance la plus élevée.
C. Pski.
20minutes.fr