Politique : « Chaque annĂ©e aura son 17 aoĂ»t, tant que le peuple n’aura pas ce qu’il attend », avertit Nathaniel Olympio

0
196


« Chaque annĂ©e aura son 17 aoĂ»t, tant que le peuple n’aura pas ce qu’il attend », a averti ce dimanche Nathaniel Olympio, soulignant que le peuple « exprimera toujours sa dĂ©sapprobation de ce qui se fait ».
« Si le rĂ©gime ne veut pas que le peuple se dresse sur son chemin, il faut simplement que ce peuple obtienne ce qu’il attend. Tant qu’il ne l’aura pas, il le revendiquera. C’est le propre des peuples, et c’est d’ailleurs ce qui fonde mĂȘme l’existence mĂȘme des communautĂ©s : revendiquer et se battre pour ce Ă  quoi on aspire », a martelĂ© sur radio Pyramide, Nathaniel Olympio (PrĂ©sident du Parti des Togolais et membre de la principale coalition de l’opposition).

PrĂ©cisons le 17 aoĂ»t 2017 a marquĂ© la grande manifestation du Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, avec la naissance de la coalition de l’opposition, au lendemain de ce « soulĂšvement ».

Selon les autoritĂ©s togolaises, « il n’y aura plus de 17 aoĂ»t au Togo ». Elles l’ont martelĂ© Ă  plusieurs reprises.

Mais pour Nathaniel Olympio, « ce qui a commencé en 2017 est toujours en cours ».

« Cette rĂ©surgence est toujours d’actualitĂ© et n’a pas pris fin. Personne ne sait comment cela va Ă©voluer. Il faut espĂ©rer que l’orientation qui sera donnĂ©e Ă  la crise en cours, permettra de trouver des solutions. Mais si aucune solution n’est trouvĂ©e, personne ne sait comment l’évolution se produira, parce que, ce que nous avons observĂ© depuis 2017 au Togo est unique. C’est nouveau, on n’avait jamais vu cela », a-t-il poursuivi.

« Cette ampleur de mobilisation dans cette durĂ©e, avec une coalition qui a rĂ©ussi contre vents et marrĂ©es, Ă  tenir en place. Tout cela, ce sont des Ă©lĂ©ments nouveaux sur l’échiquier politique. Il faut qu’on soit suffisamment responsable, qu’on soit serein dans la lecture des Ă©vĂ©nements pour anticiper et Ă©viter des situations difficiles Ă  notre pays ».

Notons que la coalition a poursuivi ses manifestations et la derniĂšre s’est dĂ©roulĂ©e le 26 janvier, mais la mobilisation Ă©tait faible.

Les responsables ont accusĂ© le pouvoir en place, notamment le ministre de a sĂ©curitĂ© d’avoir dĂ©ployĂ© des forces de l’ordre « partout » pour « intimider » les populations.

RĂ©agissant, le ministre de la sĂ©curitĂ©, le gĂ©nĂ©ral Yark Damehame a simplement invitĂ© les responsables Ă  reconnaĂźtre que les togolais ne cherchent surtout qu’à « vivre en paix ». FIN

Edem Etonam EKUE
 
source : SAVOIR NEWS
 

Laisser un commentaire