Port de Lomé/Pour cause d’impayés : Le Groupe Bolloré refuse de décharger 26 000 tonnes d’engrais appartenant à Elisée Cotrane

0
10356

Depuis le 04 mai 2020, les 26 200 tonnes d’engrais urée appartenant à la société Elisée Cotrane de Mme Julie Béguédou sont toujours dans le bateau en rade dans les eaux du Port autonome de Lomé (PAL). Le Groupe Bolloré n’est pas prêt à faire décharger le navire pour cause d’impayés.

Le navire LORD MOUNT BATTEN a transporté pour le compte de la société Elisée Cotrane SAU 26 200 tonnes d’engrais urée et est consigné par la Société togolaise de consignation maritime (STCM). Mais depuis le 04 mai dernier, le navire est en rade. Lomé Multipurpose Terminal, appartenant au Groupe Bolloré, refuserait de faire la manutention qui est l’ensemble des opérations de chargement et de déchargement des navires marchands si Mme Béguédou ne paie pas sur le champ.

Selon les informations, la société Elisée Cotrane devrait, y compris les frais de traitement du navire en question, près de 500 millions de FCFA au Groupe Bolloré. Un montant que le groupe français tient à récupérer même en liquide avant de commencer les opérations de déchargement. Informée, Mme Béguédou est allée négocier avec le Groupe Bolloré qui aurait exigé des chèques certifiés. Mais les chèques de près de 400 millions qu’elle aurait envoyés, seraient tous tombés impayés. Ce qui a alors amené le Groupe Bolloré à exiger un virement avec preuves ou un versement en liquide avant tous travaux de manutention.

La situation est, pour l’heure, bloquée entre les deux sociétés qui sont proches du chef de l’Etat togolais. Va-t-il intervenir en faveur de son intime ? La question reste posée.

En revanche, au niveau du Groupe de Bolloré, on tente de minimiser l’affaire. « Nous n’avons aucun problème avec nos clients et n’avons même ni le droit de bloquer un navire ni d’empêcher l’accostage. Il faudra se rapprocher des services compétents pour vérification si les formalités requises avant accostage sont déjà faites… », nous a-t-on dit.

Mais une autre source qui a requis l’anonymat, confie que la société Elisée Cotrane aurait aussi participé à la chute de Manuport reprise depuis quelques années par le Groupe Bolloré. « Par le passé, quand Manuport, société de manutention, lui faisait une facture, elle la cassait en deux et payait ce qu’elle voulait en procédant par des intimidations et menaces ».

 Affaire à suivre.

B. L. / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

87 − 85 =