vendredi 26 février 2021

Pour la CDPA la renaissance du Togo passera par le retour aux valeurs du 5 octobre


Brigitte-A--johnson-03juillet2013

Pour la seconde fois consécutive au cours de ce mois, la Convention patriotique des peuples africains (CDPA) s’est exprimée sur la situation politique du Togo à travers un communiqué. Dans ce second communiqué publié mardi, la formation politique de Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, appelle le peuple togolais à éviter « l’orage » qui s’amoncelle au-dessus de sa tête.

« Il ne serait pas raisonnable d’attendre l’orage avant de chercher refuge. Évitons à notre peuple ce qui peut s’apparenter à un suicide collectif. Des initiatives hardies doivent être encouragées avant qu’il ne soit trop tard. Nous sommes condamnés à vaincre ensemble. Malgré nos turpitudes, l’espoir est encore permis », lance en guise d’avertissement la Secrétaire générale de la CDPA.

L’alternance en 2015, voilà l’idéale pour lequel prêchent Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson (photo) et ses camarades de lutte. Pour y parvenir, estiment les responsables de la CDPA, il n’y a qu’une seule issue : « l’union de l’opposition ». « Il est désormais établi que la somme de nos petites ambitions ne fait pas nécessairement la grande ambition. Les résultats de l’élection législative de 2013 en sont une preuve palpable. Le salut de notre Togo est lié à une ambition commune. Certes des efforts de regroupement ont été faits ces dernières années et fidèle à ses convictions la CDPA a œuvré à cela. Mais aujourd’hui il faut aller au-delà. C’est le message fort que les Togolais ont adressé aux forces démocratiques en s’abstenant massivement de voter. Ce constat s’impose à nous », écrit le parti.

Si la CDPA pense que « l’alternance » au Togo n’est toujours pas au rendez-vous à cause du « régime incarné aujourd’hui par l’UNIR », la plus lourde responsabilité, elle l’impute à l’opposition à cause de ses « multiples erreurs ». « Aujourd’hui, le Togo vit une situation anomique qui laisse craindre des lendemains douloureux. Dans le contexte historique et politique qui est le nôtre, il est illusoire de croire qu’un parti à lui seul peut y faire face. Ayons le courage de le reconnaître, notre égo a trop souvent pris le pas sur l’intérêt commun et c’est là une des sources de nos échecs. Tirant donc les leçons des expériences du passé, la CDPA pense que la renaissance du Togo passera par le retour aux valeurs du 5 octobre 1990, à savoir : démocratie pour la bonne gouvernance, et la justice sociale, « lesquelles doivent être notre boussole dans la voie de la renaissance du Togo », insiste ce parti membre de la Coalition Arc-en-ciel.

La CDPA achève son analyse politique par des propositions à l’endroit de ses partenaires de l’opposition. Elle propose une plate forme d’entente minimale qui devra être mise en œuvre par un mécanisme transitoire de nature à créer les conditions de l’alternance.

 
Olivier A.
 
afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *