Le Premier ministre Selom Klassou lance un Groupe de travail sur le secteur de l’éducation


komi-klassou_500


© togoactualite – Le secteur de l’éducation au Togo est en proie à des crises répétitives qui paralysent les cours. Pour le compte de cette année académique, on dénombre déjà plus d’une dizaine de mots d’ordre de grève lancé par des syndicats du secteur de l’éducation. Pour mettre fin à ces crises récurrentes, le Premier ministre Selom Klassou a mis en place ce mercredi un « Groupe de travail sur le secteur de l’éducation ». y participent les centrales syndicales, les fédérations de syndicats siégeant au sein du Cadre permanent de concertation (CPC), les représentants des parents d’élèves, ceux des confessionnels et du privé, de la Coalition pour l’éducation pour tous et des partenaires techniques et financiers.
 
Dans son intervention a l’ouverture, le PM a remercié le chef de l’Etat qui a donné les instruction en vue de la création de ce cadre « un cadre inclusif et élargi » sur l’avenir de l’éducation togolaise. Le Premier ministre a convié tous les partenaires de l’éducation à saisir cette opportunité pour contribuer à la recherche de solutions durables et viables pour l’éducation togolaise. Il a insisté sur la nécessité de communiquer davantage sur ce qui a été déjà fait en faveur de ce secteur afin de savoir « d’où nous sommes partis ; quelle est la trajectoire prise ; où on est arrivé et où nous voulons aller ». Le Premier ministre a souhaité, que sans délai, les propositions idoines et les préoccupations des enseignants et celles du gouvernement soient traitées de façon globale afin de garantir les acquis du secteur éducatif et de relever les nouveaux défis.
 
Face aux préoccupations des syndicats et d’autres partenaires présents à la réunion, le Premier ministre a rassuré les uns et les autres que le Groupe de travail sur le secteur éducatif n’est pas un cadre de plus ; il ne se substitue pas non plus aux autres cadres et initiatives qui existaient. Le Groupe de travail sur le secteur éducatif est « un cadre pragmatique et non de formalisme », a affirmé le chef du gouvernement.
 
Après sa mise en place, le Groupe de travail sur le secteur éducatif se retrouve dans une semaine, soit le 25 janvier 2017, en vue de poser les jalons visant la résolution durable des crises que connait le monde éducatif togolais.
 
Notons que les syndicats regroupés au sein CSET qui lancent les grèves depuis le début de l’année ne font pas partie de ce cadre.
 
lomévi (www.togoactualite.com)