Présidentielle 2015 : un tortionnaire à la tête de la gendarmerie, le gouvernement opte pour la répression


col_yotrofei-massina


Pour son premier conseil des ministres après deux mois de vacances, le gouvernement togolais a frappé fort. Les questions sécuritaires ont dominé les débats. Après avoir mis en place la force de sécurisation élection présidentielle 2015 FOSEP, le conseil des ministres a procédé à des nominations qui s’apparentent à une prime à l’impunité et à une insulte au peuple togolais et particulièrement aux victimes de tortures.
 
En effet, Massina Yotroféi décrit comme l’un des pires tortionnaires que la République ait connu a été propulsé à la tête de la gendarmerie nationale. Nommer un sinistre individu à la tête d’une unité de protection civile à quelques mois des élections présidentielles, les élections étant dans notre pays une période de tension, n’est pas rassurant. Au contraire, cette nomination exprime la volonté du gouvernement à réprimer toute manifestation au cours de cette période. C’est aussi le signe que Faure Gnassingbé est décidé à tout faire pour conserver le pouvoir et s’il le faut, il est encore prêt à marcher dans un bain de sang.
 
Des nominations à la tête des différents corps de l’armée
 
Chef d’Etat major de la marine : le capitaine de vaisseau Takougnadi Neyo
Chef d’Etat-major particulier : le colonel Panassa Awoki
Directeur général de la gendarmerie : le lieutenant-colonel Massina Yotroféi
Directeur général de l’Agence nationale de renseignement (ANR) : le lieutenant-colonel Klomegah Kassawah
Coordonateur de l’agence de sureté de l’aéroport internationale Gnassingbé Eyadema : le commandant Alahari Dimini
 
Pour son premier conseil des ministres après deux mois de vacances, le gouvernement togolais a frappé fort. Les questions sécuritaires ont dominé les débats. Après avoir mis en place la force de sécurisation élection présidentielle 2015 FOSEP, le conseil des ministres a procédé à des nominations qui s’apparentent à une prime à l’impunité et à une insulte au peuple togolais et particulièrement aux victimes de tortures.
 
En effet, Massina Yotroféi décrit comme l’un des pires tortionnaires que la République ait connu a été propulsé à la tête de la gendarmerie nationale. Nommer un sinistre individu à la tête d’une unité de protection civile à quelques mois des élections présidentielles, les élections étant dans notre pays une période de tension, n’est pas rassurant. Au contraire, cette nomination exprime la volonté du gouvernement à réprimer toute manifestation au cours de cette période. C’est aussi le signe que Faure Gnassingbé est décidé à tout faire pour conserver le pouvoir et s’il le faut, il est encore prêt à marcher dans un bain de sang.
 
Des nominations à la tête des différents corps de l’armée
 
Chef d’Etat major de la marine : le capitaine de vaisseau Takougnadi Neyo
Chef d’Etat-major particulier : le colonel Panassa Awoki
Directeur général de la gendarmerie : le lieutenant-colonel Massina Yotroféi
Directeur général de l’Agence nationale de renseignement (ANR) : le lieutenant-colonel Klomegah Kassawah
Coordonateur de l’agence de sureté de l’aéroport internationale Gnassingbé Eyadema : le commandant Alahari Dimini
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils