Prof David Dosseh : « La priorité doit être aux réformes »

image_pdfimage_print


La crise politique au Togo et les perspectives pour une résolution pacifique, définitive et durable, les acteurs de la société civile se mobilisent pour apporter leur pierre. En marge d’une rencontre de la société civile africaine à Dakar, le premier porte-parole du Front Citoyen Togo Debout (FCTD), le Prof David Dosseh a été interrogé par nos confrères de la BBC. Pour lui, il faut que la CEDEAO apporte une réponse définitive à la situation politique togolaise.

BBC : Est-ce qu’on peut savoir où on en est avec l’exécution de la feuille de route de la CEDEAO ?

Prof David Dosseh : En terme d’exécution, nous qui sommes de la société civile nous pensons que rien n’a véritablement démarré. Nous attendons la venue du Comité de suivi, il est annoncé pour la semaine prochaine à Lomé. Nous espérons que le Comité de suivi va insister pour que les choses puissent véritablement commencer de façon consensuelle. La priorité doit être aux réformes, puisque ces réformes ont été inscrites dans la feuille de route de la CEDEAO, et il est important que la CEDEAO mette sur pied tout le processus qui va permettre de faire en sorte que ces réformes deviennent une réalité.

On parle beaucoup de réformes, est-ce qu’on peut nommer quelques éléments clés ?

Nous sommes dans l’espace CEDEAO, et dans cet espace, il est acquis qu’aucun président ne fera plus de deux mandats à la tête d’un Etat. Et donc cela constitue également une norme à laquelle le Togo doit se conformer. Pour les élections, il faudrait faire en sorte que les élections se fassent désormais à deux tours comme cela se fait dans tous les pays normaux et civilisés. Vous avez deux candidats qui viennent se positionner, vous allez au premier tour des élections et les finalistes se retrouvent dans un débat démocratique où chacun expose son programme de société, et le peuple en toute liberté choisit celui présente le meilleur programme, celui qui paraît beaucoup plus sérieux à ses yeux. Au Togo, ce n’est pas le cas. Nous aimerions que les réformes tiennent compte de cela. Le découpage aussi qui est totalement déséquilibré, il est important qu’on puisse régler ce problème. Tout le monde est d’accord que le fichier électoral qui existe au Togo ne permet pas d’avoir une élection honnête.

Donc autant d’éléments contenus plus ou moins dans la feuille de route et sur lesquels il faut vraiment que la CEDEAO apporte les réponses définitives pour éviter que le cercle contestations-répressions ne se perpétue au Togo.

 
Source : BBC/Transcription : icilome.com
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*