Profanation d’une Eglise à Agoè-Nyivé : Le gouvernement sera sans pitié vis-à-vis des auteurs

image_pdfimage_print


Après la série de profanations des mosquées enregistrée dans les mois de juillet et d’août 2018 dans la préfecture d’Ageo-Nyivé, c’est le tour des lieux de culte chrétien de faire les frais de ce groupe de personnes spécialisé dans le vandalisme des lieux d’adoration dans cette localité.

Dans un communiqué rendu public vendredi 07 septembre 2018, le gouvernement a pour une énième fois condamné avec la plus grande fermeté, les actes de vandalisme perpétrés contre une église Baptiste à Agoè-Nyivé en banlieue Nord de Lomé.

Le communiqué rapporte que dans la nuit du jeudi 06 au vendredi 07 septembre 2018, des « individus mal intentionnés ont escaladé la clôture de l’église Baptiste la « Paix » située à Agoe Fiovi dans le Nord de la capitale, pour y commettre des profanations ». « Ils ont en effet déplacé le pupitre sur lequel se trouvait un cantique, déchiré les tissus avant de mettre le feu au temple », poursuit le communiqué.

Le gouvernement déplore ces actes qu’il qualifie d’« odieux et inacceptables » qui selon lui, est de nature à mettre en cause la concorde nationale et le respect mutuel qui existe entre les communautés dans le pays.

Le gouvernement à travers son communiqué, a tenu à rassurer la communauté chrétienne de son soutien et promet de mettre tout en œuvre pour retrouver les auteurs de ces actes et de les traduire en justice.

Il appelle par ailleurs, toutes les communautés religieuses du pays à la vigilance et leurs fidèles à ne pas céder à la colère au regard de ces actes dont « l’objectif principal est de les dresser les uns contre les autres ».

Pour finir, le gouvernement a indiqué qu’il fera preuve de « la plus grande fermeté » à l’égard des auteurs de ces actes.

Raphaël A.
 
afreepress
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*