Projets financés par l’UE au Togo : « Les ressources octroyées dans le passé ont été bien utilisées » (Nicolas Berlanga-Martínez)

0
638

Nicolas-Berlanga-Martinez

Les ressources alouées par l’Union européenne (UE) au Togo dans le passé ont été « bien utilisées », a affirmé jeudi à Sokodé (environ 336 km au nord de Lomé) Nicolas Berlanga-Martínez, le chef de la Délégation de l’UE au Togo.

 

M.Berlanga-Martínez a entamé depuis lundi, une tournée à l’intérieur du pays afin de toucher du doigt les projets financés par l’UE à travers les différents Fonds Européen de développement (FED).

 

Le haut responsable européen a déjà parcouru et visité plusieurs projets notamment à Atakpamé, Anié, Kara, Dapaong et Cinkassé.

 

Jeudi, M.Berlanga-Martínez a mis le cap sur Sokodé (environ 336 km au nord de Lomé) après un tour à l’Université de Kara. Dans la ville de Sokodé, il a visité la Rue UTB-Koulounde (long de 2,612 km). Il a également eu des entretiens avec les autorités notamment le Préfet de Tchaoudjo Tchemi Tchambi Tchapkro et le président de la délégation spéciale de la ville de Sokodé Alassane Tchakpedeou.

 

Avant de poursuivre ce vendredi son périple à Notsè (environ 95 km au nord de Lomé), M.Berlanga-Martínez s’est confié aux journalistes.

 

« Sincèrement et avec toute franchise, Je suis très satisfait de cette visite. Je pense qu’il faut visiter le pays pour s’imprégner de la réalité. Je le ferai régulièrement, peut être tous les six mois ou tous les ans avec vous les journalistes, afin que vous puissiez également témoigner aussi de la réalité de votre pays », a-t-il déclaré.

 

« Les ressources qui ont été octroyées dans le passé ont été bien utilisées. Car, vous pouvez bien gérer les ressources et les utiliser pour des projets qui ne sont pas prioritaires et ne bénéficient seulement qu’à une partie de la population. Mais, j’ai l’impression que les ressources du projet d’aménagement ont été utilisées au profit d’une grande partie de la population », a souligné M.Berlanga-Martínez.

 

Selon lui, les aides vont désormais prendre une place « prioritaire », car elles vont absorber 50% des subventions. Raison pour laquelle le chef de la Délégation de l’UE a invité les autorités togolaises et burkinabè à compléter le fonctionnement de leur poste de contrôle juxtaposé. Le diplomate a visité ce poste à Cinkassé mercredi, un site qui abrite deux bâtiments jumeaux avec deux administrations différentes (douane, police services sanitaire et phytosanitaire, etc.).

 

Ces deux structures travaillent sur la base de deux lois différentes et se référent à un même manuel de procédures facilitant le travail de deux pays frontaliers.

 

Environ 142 milliards de F.CFA (216 millions d’euros) seront débloqués par l’UE en faveur du Togo pour la période 2014-2020 au titre du 11ème FED, soit une augmentation de 70% par rapport au montant alloué pour le 10ème FED (2008-2013).

 

Les fonds seront engagés dans deux secteurs prioritaires : – la gouvernance, la consolidation de l’Etat et la sécurité – le développement des villes secondaires à travers des investissements productifs dans les centres urbains et leurs bassins ruraux.

 

Rappelons que Bruxelles a repris sa coopération avec Lomé en décembre 2007, après environ 14 années de brouille entre les deux parties. L’UE avait suspendu son aide au Togo en 1993 pour « déficit démocratique ». Les efforts fournis par les autorités togolaises notamment en matière de respect des droits de l’homme et surtout la bonne tenue des élections législatives de 2007 ont poussé l’UE à reprendre entièrement sa coopération avec le Togo.

 

Depuis lors, plusieurs programmes ont été mis en œuvre et les premiers résultats commencent à apparaître, que ce soit au niveau de l’appui aux institutions, dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, des infrastructures, ou encore de la gouvernance politique et de la justice. FIN

 

De Sokodé Ambroisine MEMEDE

 

Savoir News

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 1 = 9