Réactions des présidents des gropues parlementaires après le vote du budget


tchao_ameganvi


A l’issue du vote de la loi des finances, nous avons tendu nos micros aux présidents des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale. Voici leurs réactions.

Christophe Tchao, président du groupe parlementaire UNIR

Vous avez constaté que le budget de cette année est un budget réaliste, très proche des besoins élémentaires des togolais. C’est un budget qui a été conçu dans le sens de satisfaire les besoins vitaux, les besoins sociaux et en même temps faire face aux investissements dans les infrastructures. A partir de ce moment on ne peut que saluer cet esprit là, cet effort qui a été fait.

Vous savez que l’effort maximum c’est d’arriver à transformer notre pays en pays émergeant et la façon dont le budget évolue d’année en année nous sommes en train d’atteindre cet objectif très cher au chef de l’Etat et nous on ne peut que voter dans le sens d’encourager le gouvernement à mieux faire, d’abord à traduire dans les faits ce qui est contenu dans la loi des finances et ensuite à mieux faire pour les années prochaines. Les autres n’ont pas voté c’est leur droits, nous on ne peut pas les obliger mais nous avons trouvé en ce budget un budget réaliste qui peut sortir les Togolais de certaines difficultés.

Isabelle Ameganvi, présidente du groupe parlementaire ANC-ADDI

La position de notre groupe face à la manière dont notre pays a été gouverné. Nous estimons que ce budget ne prend pas en compte les chapelets de bonnes intentions que le Premier ministre a décliné devant l’auguste assemblée le 18 septembre 2013 lorsqu’il présentait son programme de gouvernement. Egalement, nous estimons que les grands axes sociaux qui posent problèmes dans notre pays et qui donnent lieu à des troubles sociaux ne sont pas pris en compte comme ils devraient l’être de manière responsable notamment le domaine de la santé et de l’éducation nationale.

Vous savez qu’il y a un grand contentieux qui oppose le gouvernement et les enseignants et j’avoue que nous étions très étonnées parce que ce secteur a eu de graves problèmes et nous n’avions pas eu la possibilité d’attendre, d’écouter le ministre en charge du secteur qui ne s’est même pas donné la peine de se présenter devant l’Assemblée nationale en commission lorsque nous travaillons dans cette commission.

Egalement la santé qui connait beaucoup de remous, n’a pas été nécessairement prise en compte par ce budget. Mais ce que nous constatons c’est que pendant que ces secteurs là devraient être développés et qui font partie des secteurs prévus par la SCAPE, la présidence de la république a 1, 3 milliard de budget de consommation d’électricité pendant ce temps le parlement devant qui on se présente pour demander le vote du budget n’a pas de siège. Les députés travaillent toujours dans une salle de banquet malgré cela on prévoit de construire une présidence annexe alors que nous avons déjà deux présidences. Au moment où l’institution législatif n’a pas de siège et que nous squattons le palais des congrès.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé par Togo Actualité !!