Recensement électoral dans la zone II : Le CST et la Coalition « Arc-en-ciel » appellent les populations à sortir, mais à être « vigilantes »

cst_11avril_2013

Le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) et la Coalition « Arc-en-ciel » ont appelé jeudi après-midi lors d’une conférence de presse, les populations à sortir pour le recensement électoral qui démarre dans la zone II. Cette opération doit s’achever le 21 avril prochain. Elle s’est déjà déroulée du 15 au 31 mars dans la zone I.

Le CST et la Coalition demandent aux populations de la zone II notamment, Lomé commune et Golfe, celles des préfectures de Zio, des Lacs, de Vo, de Yoto, du Bas-Mono, du Moyen Mono, de Haho, de l’Avé, d’Agou, de Kloto, de Kpélé, de Danyi, de l’Akébou, de l’Amou et de Wawa, à se faire recenser dans les centres de vote en demeurant vigilantes pour dénoncer, les cas d’enrôlement des mineurs, des étrangers, les inscriptions multiples, le refus délibéré d’inscriptions d’électeurs jugés proches de l’opposition, etc. »

« Nous avons installé des comités de vigilance partout. Il faut que le fichier électoral soit consensuel », a souligné Agbéyomé Kodjo.

Selon lui, le gouvernement « veut imprimer une démarche dictatoriale au processus électoral en cours, mais le peuple est vigilant ».

« Nous réitérons notre appel aux responsables et aux citoyens, afin qu’ils se regroupent en comités de vigilance, dans les préfectures, cantons, villages, quartiers et hameaux, pour dénoncer et faire échec, dans le strict respect de la loi, aux manœuvres frauduleuses », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le CST et la Coalition ont exprimé « leurs préoccupations sur la durée de l’opération, les moyens logistiques et humains déployés, qui sont en inadéquation avec la densité de la population et le nombre des centres de vote dans la zone II ».

Ces deux regroupements exigent que la durée du recensement dans la zone II soit portée au moins à 21 jours, car la deuxième zone représente 57% de la population contre 43% pour la zone 1.

Rappelons que le CST et la Coalition avaient dénoncé des « cas d’enregistrements de mineurs et d’étrangers » lors du recensement électoral dans la zone I et exigé un « audit » des opérations de recensement dans cette première zone par une « Institution indépendante compétente » en matière électorale, avant la poursuite dans la zone II.

Des dénonciations qualifiées « d’affabulations » par la présidente de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) Mme Angèle Dola Aguigah.

Environ 1,2 millions de « togolais en âge de voter ont été enregistrés sur la liste « électorale provisoire » lors de l’opération dans la première zone. FIN

En Photo : Des responsables du CST et de la Coalition ce 11 Avril 2013 devant la presse

Junior AUREL

savoirnews