Recensement électoral : Le kit du village de Bagbé Gare dans l’Avé, emporté par des individus

0
231

habianicod2013avr


Le vendredi 12 avril 2013 a effectivement démarré dans la zone II allant de Lomé commune à la préfecture de Wawa, les opérations d’enregistrement des citoyens togolais en âge de voter. Si, selon la Commission électorale nationale indépendante (CENI), « tout a bien démarré dans les 18 préfectures concernées », des incidents et pannes sur le matériel déployé ont été signalés à l’Agence Afreepress par endroits.

C’est le cas du village de Bagbé Gare, localité située à 60 km à l’ouest de Lomé où a été signalée « l’attaque » par une « horde de personnes » venues d’autres villages situés à quelques kilomètres de là, du matériel de recensement déployé sur les lieux.

Le récit de l’événement a été relaté à l’Agence Afreepress par Kétékou Kossi Agbénowossi, président du Comité liste et cartes (CLC) de Bagbé. « C’est un problème de délimitation entre la préfecture de l’Avé et du Zio qui est à l’origine de ce problème. Ce matin (vendredi) aux environs de 7 heures une délégation, avec à sa tête le CB de Kovié est venue chez nous pour s’enquérir du déroulement des travaux. Vers 10 heures, le Chef Togbui Kpakpakpi, chef du village de Bavé est arrivé à son tour avec une forte délégation de jeunes hommes et a intimé l’ordre à l’équipe de recenseurs d’arrêter le travail. Ils disent que le village de Bagbé Gare fait partie de la préfecture du Zio et non de l’Avé et ont ils ont refusé que l’équipe de recenseurs dépendant de la préfecture de l’Avé enregistre les gens dans le Zio. C’est sur ces faits qu’ils ont emporté tout le matériel de travail sans autres explications », a rapporté ce dernier.

Informé de l’incident, le député Habia Nicodème (photo en train de se faire enregistrer), élu de cette circonscription a fait le déplacement des lieux pour « s’informer du problème ». Il et a promis aux populations de « tenir informer qui de droit » afin que le matériel leur soit retourné le « plus tôt possible ».

À une vingtaine de kilomètres plus loin à Zogbépimé, c’est un problème d’une autre nature qui attendait le député élu en 2007 sur la liste de l’Union des forces de changement (UFC) à son arrivée. Celui-ci est saisi de la panne du seul kit d’enregistrement installé dans la localité. « Nous avons enregistré 12 personnes depuis 7 heures et la machine est tombée en panne », a expliqué Adjognon Koffi, représentant d’une formation politique au sein du CLC. Jusqu’à 16 heures, le kit n’était toujours pas réparé afin de permettre la poursuite de l’opération de recensement, ce qui de l’avis de ce représentant de parti, est « très inquiétant ». « Nous avons appelé le technicien et il nous a dit qu’il arrivait, mais jusqu’à présent il n’est toujours pas là, nous ne savons pas ce qui se passe. Nous attendons son arrivée pour poursuivre le travail », a-t-il confié.

En dehors de ces cas de dysfonctionnements signalés, le recensement se déroule « normalement » à Aképé, Noepé, Howuieve et dans d’autres centres de recensements de la localité, a indiqué M. Habia qui espère que les problèmes rencontrés dans les autres localités « trouverons un solutionnement rapide ».

Le député Nicodème Habia a profité de cette tournée pour se faire enregistrer au CEG d’enseignement général d’Aképé avec une nouvelle carte d’électeur à l’appui.
Le recensement électoral dans la zone II a démarré le 12 avril dernier après celui de la zone I. Au total, plus d’un million de votants avaient été enrôlés dans la zone I, d’après des chiffres fournis par la CENI.

Olivier A.

afreepress

Laisser un commentaire